GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 3 Juillet
Lundi 4 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Euro 2016: le Pays de Galles a battu la Belgique (3-1) et rencontrera le Portugal en demi-finale le 6 juillet
    Dernières infos
    Europe

    La Suède envisage d'expulser 60000 à 80000 migrants

    media La police suédoise évacue des migrants d'un camp de Malmö, en Suède, le 3 novembre 2015. REUTERS/Drago Prvulovic

    La Suède s'apprête à expulser jusqu'à 80 000 migrants arrivés sur son sol en 2015 et dont la demande d'asile a été ou sera rejetée. C'est le ministre suédois de l'Intérieur qui l'a annoncé.

    Les expulsions vont s'étaler sur plusieurs années et, comme il n'y a pas assez de place sur les vols commerciaux au départ de Stockholm, les autorités suédoises vont devoir utiliser des avions charters.

    Entre 60 000 et 80 000 réfugiés seront ainsi expulsés. Ces chiffres ne sont pourtant qu'une estimation, car sur les 163 000 réfugiés qui ont déposé une demande d'asile en Suède en 2015, la plupart sont des Syriens, dont la demande est acceptée dans 90 % des cas. Par contre, un tiers seulement des Afghans reçoivent un avis favorable et ce taux chute à 20 % pour les Irakiens. En moyenne, sur les 60 000 dossiers de demande d'asile traités par les autorités suédoises en 2015, 55 % ont été acceptés.

    → A (re)lire : La Suède durcit les conditions d'admission des réfugiés

    Le nombre total d'expulsés sera également influencé par l'entrée en clandestinité des demandeurs déboutés. Ceux qui veulent échapper à une reconduite à la frontière disparaissent au moment d'être remis à la police par l'Office des migrations. Enfin, certains pays, comme le Maroc et l'Afghanistan, refusent de reprendre leurs ressortissants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.