GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Indépendance du parquet en Pologne: un pas de côté de plus

    media L'ancien Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski, main levée, en compagnie de l'actuelle chef du gouvernement, Mme Beata Szydlo (à gauche). REUTERS/Przemek Wierzchowski/Agencja Gazeta

    Le gouvernement conservateur et eurosceptique de Pologne multiplie les mesures controversées depuis son arrivée au pouvoir en octobre 2015. Dernier exemple en date de cette dérive autoritaire : le Parlement a soumis le parquet et les procureurs sous contrôle direct du ministre de la Justice.

    Plus rien n'arrête le gouvernement conservateur et eurosceptique polonais dans sa course au contrôle de la justice et des médias. Jeudi soir, la chambre basse du Parlement, dominée par le parti Droit et justice de Jaroslaw Kaczynski, a adopté une nouvelle loi soumettant l'ensemble des magistrats du ministère public au contrôle direct du ministre de la Justice.

    Le ministre occupera également la fonction de procureur général, et aura notamment le droit d’intervenir dans chaque enquête. L’opposition crie au scandale, accusant le pouvoir de vouloir à nouveau « politiser » la justice. La nouvelle loi modifie en effet les structures du parquet au niveau national et régional, ce qui, selon l'opposition, pourrait servir de prétexte pour faire le tri parmi les procureurs en écartant les réfractaires.

    Le parti Droit et justice avait, rappelons-le, adopté une première loi controversée sur le Tribunal constitutionnel, puis sur les médias publics, des démarches qui ont provoqué une vague de manifestations et l’inquiétude des dirigeants européens. Bruxelles est même allé jusqu'à lancer contre le pays une procédure inédite de « sauvegarde de l’Etat de droit ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.