GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: Erdogan veut un régime toujours plus présidentiel

    media Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d'un discours au palais présidentiel, à Ankara, le 26 novembre 2015. REUTERS/Umit Bektas

    En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan s'est à nouveau prononcé jeudi 28 janvier pour la mise en place d'un régime présidentiel fort, alors qu'une commission parlementaire doit se pencher la semaine prochaine sur la réforme de la Constitution turque que le chef de l'Etat appelle de ses voeux. Une présidentialisation dénoncée par ses adversaires et que le président turc veut absolument faire valider par référendum, quitte à convoquer des élections législatives anticipées auparavant si nécessaire.

    Avec notre correspondant à Istanbul,  Alexandre Billette

    Pour la première fois en 2014, la Turquie a élu son président au suffrage universel, mais Recep Tayyip Erdogan veut aller plus loin. « Elire à la fois un président et un Premier ministre n'est pas viable », a dit ce jeudi le président turc. Selon lui, le système actuel est une « anomalie ».

    → Pour aller plus loin : Turquie: « l’Etat est de plus en plus sous le contrôle de l’AKP »

    La réforme de la Constitution inquiète ses adversaires, qui considèrent que c'est l'ultime étape pour transformer la Turquie en régime autoritaire. L'AKP, le parti du président Erdogan, n'a pas obtenu en novembre dernier la majorité des deux tiers au Parlement pour modifier la Constitution à l'Assemblée. Il faudra donc tenir un référendum, mais là encore, il manque 17 députés à la majorité pour déclencher ce processus.

    Deux options sont alors envisageables : soit le parti au pouvoir débauche des députés de l'opposition, soit, autre scénario évoqué : un retour aux urnes pour les électeurs turcs, afin d'arracher une majorité qualifiée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.