GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Allemagne: ces réfugiés irakiens qui choisissent de repartir

    media Un avion charter d'Iraqi Airways s'envole de l'aéroport de Berlin pour Erbil, au kurdistan irakien, le 27 janvier 2016. A son bord, des réfugiés d'Irak, vaincus par le long processus de demande d'asile, et qui préfèrent regagner le pays. REUTERS/Fabrizio Bensch

    L'Allemagne a accueilli l'an dernier un nombre historique de réfugiés, plus d'un million, dont quelques dizaines de milliers d'Irakiens. Parmi ces derniers, certains décident sans atteindre la fin de leur procédure d'asile de prendre le chemin du retour.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    Alaa Hadrous tient une agence de voyages près du centre d'enregistrement de Berlin pour les réfugiés. Cette proximité, tout comme sa maitrise de l'arabe, en fait un des interlocuteurs des Irakiens qui décident de rentrer malgré un long, douloureux et coûteux périple pour gagner l'Allemagne. Ils avaient été 150 à demander des papiers à l'ambassade et aux consulats irakiens de janvier à octobre dernier. Ils ont été 1250 en novembre et décembre. A Berlin, Iraqi Airways assure une liaison hebdomadaire vers Erbil et Bagdad.

    « Ça a commencé il y a quatre mois et depuis les demandes n'ont cessé d'augmenter, note Alaa Hadrous. Certains ont été choqués de devoir attendre en plein air pendant plusieurs jours après leur arrivée pour être enregistrés. Après les hébergements dans des gymnases ou des foyers improvisés sans grande intimité. J'ai essayé de leur expliquer la situation globale et que l'Allemagne était dépassée par l'accueil de tant de réfugiés. »

    Les réseaux sociaux présentent l'Allemagne comme un eldorado où on obtiendrait à son arrivée un logement, un salaire et plus tard même une voiture. Et ceux qui s'y trouvent dressent parfois à leurs amis et parents restés en Irak un tableau flatteur d'une situation qui l'est moins. Frustrés par les délais de la procédure d'asile et les conditions d'hébergement, certains baissent les bras. Leur billet retour - environ 300 euros - est payé par l'Allemagne ou par les intéressés eux-mêmes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.