GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: incendie meurtrier dans une usine à Moscou

    media Le feu a pris dans un atelier de fabrication de linge de maison et d’oreillers où vivaient probablement des travailleurs originaires d'Asie centrale avec leurs familles. AFP PHOTO / VASILY MAXIMOV

    Un incendie dans une zone industrielle de l’est de Moscou a fait douze morts, dont un bébé, dans la nuit du 30 au 31 janvier. Les victimes sont probablement des travailleurs immigrés employés à l'usine et qui vivaient sur place.

    Le feu a pris dans un atelier de fabrication de linge de maison et d’oreillers. Le bâtiment, vétuste, s’est rapidement embrasé. Le toit s’est effondré. Au total, 3 000 m2 sont partis en fumée.

    Une enquête criminelle a été ouverte. Il s’agit de déterminer si l'incendie était la conséquence d'une négligence ou s'il avait été volontairement déclenché. Les premiers éléments indiquent que des travailleurs originaires de républiques d’Asie centrale vivaient sur place, sans doute avec leurs familles. Le comité d’enquête russe a en effet confirmé la mort d’un nourrisson.

    Le maire de Moscou Sergueï Sobianine dénonce une « tragédie inacceptable ». Il a, dans la foulée, ordonné aux services de secours d’inspecter toutes les zones industrielles de la capitale, pour y vérifier le respect de la législation anti-incendie, mais aussi pour identifier les immigrants illégaux qui y habitent.

    Car ce drame, le dernier d’une longue série, met de nouveau en lumière les conditions misérables dans lesquelles vivent des milliers d'immigrés d'Asie centrale en Russie. Des dizaines de milliers de ressortissants d'ex-républiques soviétiques, comme le Tadjikistan, l’Ouzbékistan ou le Kirghizstan, travaillent, généralement au noir, sur les chantiers, les ateliers de confection ou les marchés de Moscou. Ils vivent souvent sur leur lieu de travail, dans des conditions de vie très difficiles et au mépris de toute législation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.