GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le grand chef franco-suisse Benoît Violier retrouvé sans vie

    media Le chef cuisinier Benoît Violier en 2012 devant son restaurant. ©MARCEL GILLIERON / AFP

    L'un des plus grands chefs cuisiniers du monde, le Franco-Suisse Benoît Violier, a été retrouvé mort à son domicile dimanche 31 janvier. L'homme qui dirigeait le restaurant étoilé de l'Hôtel de Ville de Crissier, en Suisse, se serait suicidé selon la police. Il était pourtant au sommet de sa carrière.

    C’était une consécration. Pas plus tard que le mois dernier, l’établissement trois étoiles que dirigeait Benoît Violier au côté de sa femme, le restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier en Suisse, était arrivé en tête d’une sélection prestigieuse. Un palmarès de 1 000 tables renommées à travers le monde réalisé par le Quai d’Orsay.

    C’est donc au faîte de sa gloire que le talentueux cuisinier de 44 ans se serait donné la mort, selon la police suisse qui a découvert son corps à son domicile. « En fin d'après-midi, la police de l'ouest lausannois est intervenue à Crissier, où elle a découvert, à son domicile, le corps sans vie de M. Benoît Violier, âgé de 44 ans. L'intéressé aurait mis fin à ses jours à l'aide d'une arme à feu », indique la police cantonale vaudoise dans un communiqué.

    Sa dernière distinction semblait pourtant combler cette figure de la grande gastronomie originaire de La Rochelle. « Cette première place, c’est fabuleux, c’est exceptionnel », disait-il. L’ancien élève de Joël Robuchon n’en était pourtant pas à son premier coup d’éclat, puisque ce passionné de chasse et de bon gibier avait été désigné meilleur ouvrier de France il y a 15 ans.

    Benoît Violier avait ensuite repris le restaurant en 2012, et l’année suivante, il avait vu sa carrière décoller. L’édition suisse du Gault et Millau le sacrait meilleur cuisiner en 2013. Une toque prodige arrivée au sommet et pleurée aujourd’hui par la gastronomie française. Le chef Marc Veyrat se dit anéanti par la perte « d’un chef d’exception » et le Michelin, qui doit dévoiler ce lundi l’édition 2016 de son célèbre guide, salue « un chef d’un immense talent ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.