GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le président tchétchéne menace un opposant russe dans une vidéo

    media Le président tchétchène Ramzan Kadyrov. AFP PHOTO / POOL / MAXIM SHEMETOV

    Ramzan Kadyrov profère de nouvelles menaces envers l’opposition russe. Après avoir proposé d’interner les critiques du Kremlin en hôpital psychiatrique, l'homme fort de la république de Tchétchénie a publié une vidéo dans laquelle il met virtuellement en joue des responsables de l’opposition russe.

    Cette fois, c’est l’ancien Premier ministre aujourd’hui dans l’opposition Mikhaïl Kassianov et une autre figure de son parti Parnas, Vladimir Kara-Mourza, qui sont dans le viseur de Kadyrov. Quasi littéralement.

    Sur son compte Instagram, le chef de la République de Tchétchénie a publié une vidéo des deux opposants russes, en compagnie d’une femme politique estonienne, sur laquelle il a ajouté un filtre de viseur de fusil à lunettes, et une légende : « Kassianov est allé à Strasbourg pour recevoir de l'argent pour l'opposition russe ».

    Les deux hommes, qui venaient participer à la session plénière de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, consacrée à l'enquête sur l’assassinat de Boris Nemtsov, y voient clairement un appel au meurtre.

    Le principal critique de Vladimir Poutine, Alexei Navalny estime qu'avec ce montage vidéo, Kadyrov avoue fièrement et démonstativement qu’il a organisé l'assassinat de Nemtsov en février 2015, pour lequel des Tchétchènes, proches du Kadyrov sont considérés comme les principaux suspects.

    Par cette nouvelle provocation, Kadyrov veut-il une nouvelle fois afficher sa loyauté sans limites envers le président russe ? Mikhail Kassianov souligne en tout cas qu'il « a été nommé à ce poste par Vladimir Poutine », qui est donc « personnellement responsable de [ses] actions ». Le Kremlin, en tout cas, botte en touche, son porte-parole affirme qu’il ne lit pas le compte Instagram de Kadyrov.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.