GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Brexit»: Juncker juge la proposition européenne «équitable»

    media Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s’exprime devant le Parlement européen à propos du «Brexit», le 3 février 2016. REUTERS/Vincent Kessler

    Le Premier ministre britannique, David Cameron, défend ce mercredi 3 février au Parlement le projet d'accord avec Bruxelles pour empêcher la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Un compromis que le président de la Commission européenne Jean-Claude Junker juge, de son côté, « équitable » pour tous. Il l'a dit devant le Parlement européen, à Strasbourg.

    Avec notre envoyé spécial à Strasbourg, Tudor Tepeneag

    Pour le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et pour la plupart des députés européens, permettre au Royaume-Uni de rester dans l’Union est quelque chose d’important et qui vaut bien quelques sacrifices.

    Le chef de la Commission a présenté la proposition faite par le président du Conseil européen, Donald Tusk à David Cameron. Jean-Claude Juncker estime que les termes de celle-ci sont équilibrés, et permettent de limiter le niveau d’intégration européenne pour Londres. A contrario, cet accord n'empêche pas les autres membres de l’Union, notamment ceux de la zone euro, d’approfondir leur coopération.

     → A (RE)LIRE : «Brexit»: Cameron n'impose pas de ligne directrice à ses ministres

    Manfred Weber, le chef du principal groupe parlementaire européen, les conservateurs du Parti populaire européen (PPE), a parlé du compromis nécessaire entre le principe de libre circulation dans l’Union et le souhait de Londres de couper les aides sociales pour les travailleurs migrants venus des autres pays européens.

    Soutenue par la plupart des autres groupes parlementaires, la proposition de Donald Tusk a été en revanche critiquée par les groupes nationalistes à l’instar du Britannique Nigel Farage, le chef de Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip). De son côté, la Française Marine Le Pen du Front national a comparé l’Union européenne à « une camisole » dont les Britanniques voudraient sortir.

    Les propositions du président Tusk visent à protéger les intérêts légitimes des Etats membres participant au marché intérieur sans être membres de la zone euro. Il est légitime de donner à ces Etats membres l'opportunité de saisir le Conseil européen s'ils estiment que le principe de non discrimination pourrait être violée. Il est légitime d'éloigner ces Etats d'une responsabilité financière liée à des mesures prises pour assurer la stabilité de la zone euro.
    Jean-Claude Juncker Président de la Commission européenne 03/02/2016 - par RFI Écouter


     ■ Les journaux britanniques ne se montrent guère impressionnés 

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    « L'accord européen de Cameron est une blague », peut-on lire en Une du Daily Express. Pour le tabloïd, l'accord signifie que « Londres n'aura pas le contrôle de ses frontières, que les migrants continueront à toucher des allocations et que Bruxelles fera toujours la pluie et le beau temps. »

    Dans la même veine, le Sun parle de « farce » et accuse le Premier ministre d'essayer de faire croire aux Britanniques qu'il a obtenu tout ce qu'il voulait.

    Le Daily Mail parle d'ailleurs de « la grande illusion » et l'adjectif « édulcoré » revient souvent sous la plume des commentateurs, ce qui fait dire au Telegraph que David Cameron pourrait être confronté à la révolte publique de plusieurs de ses ministres, furieux que l'accord proposé soit bien en deçà des réformes drastiques promises aux Britanniques.

    Le journal The Guardian se veut pourtant rassurant et croit savoir qu'un des poids lourds du gouvernement, la très eurosceptique ministre de l'Intérieur Theresa May, accepterait finalement de faire campagne pour un maintien dans l'Union.

    Le Financial Times prévient néanmoins que David Cameron devra mener une vraie bataille auprès des eurosceptiques de son propre camp et une offensive de charme auprès des autres pays membres européens pas forcément ravis par ces propositions.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.