GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    Europe

    Ukraine: découragé, le ministre de l'Economie démissionne

    media Le ministre ukrainien de l'Economie Aivaras Abromavicius à Kiev, le 10 décembre 2014. REUTERS/Valentyn Ogirenko/Files

    Le ministre de l'Economie a annoncé ce mercredi 3 février sa démission pour protester contre le blocage des réformes. Tout comme l’actuel ministre des Finances, Aïvaras Abromavicius, lituanien naturalisé ukrainien, avait été nommé en décembre 2014 par Petro Porochenko, qui voulait apporter du sang neuf et s’entourer de spécialistes ayant travaillé à l'étranger et qui n’avaient pas de lien avec l’ancien système. Cette démission pointe les limites de cette politique d’ouverture.

    Aïvaras Abromavicius dit refuser d’être un « paravent » masquant la corruption. Les schémas du passé n’ont pas disparu avec la révolution du Maïdan et la fuite du président Ianoukovitch, a expliqué le ministre ukrainien de l'Economie au cours d’une conférence de presse qui devait être, à l’origine, consacrée aux privatisations.

    S’il jette l’éponge, c’est qu’il estime avoir les mains liées : « Ce n'est pas seulement un manque de soutien ou de volonté politique. Ce sont des mesures actives visant à paralyser notre travail de réformes. Mon équipe et moi ne sommes pas prêts à couvrir le retour d'anciens schémas, et la création de nouveaux, allant dans les intérêts de certains hommes politiques et hommes d'affaires ».

    Et parmi ces hommes, qui auraient exercé des pressions sur son ministère, Aïvaras Abromavicius cite Ihor Kononenko, homme d’affaires, député du bloc Petro Porochenko, souvent présenté comme l’éminence grise du président ukrainien.

    Pour autant, le ministre démissionnaire espère que son annonce sera interprétée comme un signal : celui de la nécessité de faire un grand ménage. « Il faut une réinitialisation du pouvoir, pas uniquement au ministère de l’Economie, mais à la justice, aux douanes, à l’administration fiscale. Le processus est trop lent et cela se ressent dans le milieu des affaires et c’est pourquoi le climat d’investissement ne s’améliore pas », a-t-il insisté. 

    A 40 ans, Abromavicius quitte le pouvoir, accroissant un peu plus le malaise et la crise politique au sein du gouvernement Iatseniouk.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.