GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'Equateur, soutien résolu de Julian Assange

    media Julian Assange s'adressant aux médias par la fenêtre de l'ambassade de l'Equateur, le 19 août 2012, à Londres. REUTERS/Olivia Harris

    Ce jeudi 4 février, le président équatorien Rafael Correa s'est félicité du fait que les Nations unies donnent raison à son gouvernement « après tant d'années », en jugeant illégal le confinement de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui vit reclus dans l'ambassade de Quito à Londres depuis 2012. Le chef de l'Etat a, par ailleurs, invoqué des « tentatives d'espionnage et autres » depuis que son pays a accordé l'asile à M. Assange. Le fondateur de Wikileaks fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen suite à des accusations de viol lancées par une Suédoise en 2010.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    L'Equateur ne changera pas de politique quant à Julian Assange. Nous le « protégeons » depuis juin 2012, a rappellé le ministre équatorien des Affaires Etrangères et cette protection évidemment se maintient. Pour Ricardo Patino, les raisons qui ont poussé l'Equateur à accorder l'asile au fondateur de Wikileaks n'ont pas changé.

    Le président Rafael Correa s'est demandé jeudi qui allait reconnaître et payer les dommages provoqués au journaliste australien et à l'Equateur. Quito en effet a dû augmenter les coûts de sécurité de son ambassade à Londres pour éviter, selon Correa, plusieurs tentatives d'espionnage.

    Annonce officielle de l'ONU

    Le président équatorien et son ministre des Affaires Etrangères ne se sont pas plus exprimés. Ce vendredi, un comité de l'ONU a annoncé qu'il considérait comme illégale la détention du fondateur de WikiLeaks, enfermé dans l'ambassade équatorienne à Londres pour échapper à un mandat d'arrêt européen et a demandé à la Suède et au Royaume-Uni de l'indemniser. De son côté, le gouvernement britannique a promptement affirmé son rejet de la décision de l'ONU.

    En attendant, Ricardo Patino s'est montré inquiet pour la santé d'Assange qui, selon lui, souffre d'une épaule. Faute de pouvoir se rendre dans un hôpital sans être arrêté par la police anglaise, la gravité de la lésion d'Assange n'est pas connue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.