GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Aujourd'hui
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président nicaraguayen a annulé ce dimanche 22 avril sa réforme controversée des retraites. Une série de manifestations à son encontre a fait au moins 24 morts en cinq jours. Lors d'une rencontre avec des chefs d'entreprise, le chef d'Etat de gauche a annoncé que l'Institut nicaraguayen de sécurité sociale (INSS) ne mettrait pas en oeuvre cette réforme, qui devait augmenter les contributions sociales des salariés comme des employeurs pour essayer d'équilibrer le système de retraites.

    Dernières infos
    • Football / Italie: Naples bat la Juventus 1-0 et revient à un point du leader de Serie A à quatre journées de la fin
    Europe

    Le mouvement anti-islam Pegida appelle à manifester jusqu’à Calais

    media Manifestation du mouvement Pegida, le 9 janvier 2016 à Cologne, après les violences lors de la soirée du Nouvel An dont la plupart des auteurs identifiés étaient selon la police des réfugiés ou des immigrés illégaux. REUTERS/Wolfgang Rattay

    « La forteresse Europe contre l’immigration de masse et l’islamisation. » Tel est le slogan des manifestations organisées samedi 6 février 2016 dans dix pays européens, dont la France, à l’appel du mouvement allemand anti-islam Pegida. Depuis l’automne 2014, celui-ci réunit chaque semaine plusieurs milliers de manifestants dans son fief de Dresde, en Saxe.

    Varsovie et Cracovie en Pologne, Prague en République tchèque, Bratislava en Slovaquie, mais aussi Amsterdam, Dublin, Birmingham ou Calais en France. Pegida, jusqu’à présent avant tout un phénomène régional, dont les émules à l’extérieur de la Saxe en Allemagne et ailleurs en Europe sont restées peu nombreuses, veut ce samedi prouver que le combat des « Patriotes européens contre l’islamisation de l’occident », le nom in extenso du mouvement, peut séduire plus largement.

    Le politologue Hans Vorländer, qui vient de sortir un livre sur Pegida, ne croit pas vraiment à une dimension européenne du mouvement. Dans de nombreux pays en effet, des partis populistes et extrémistes occupent déjà ce créneau. « Pegida exploite la crise des réfugiés pour tenter de réussir ce qui n’a pas fonctionné dans le passé, à savoir créer un mouvement européen. A Dresde, au moins 10 000 personnes vont manifester, mais une telle affluence est inenvisageable dans d’autres villes européennes », analyse-t-il.

    C’est à nouveau à Dresde que Pegida devrait mobiliser ce samedi avec 15 000 supporters attendus, explique notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut. Dix mille contre-manifestants veulent en face d’eux prouver que la ville n’appartient pas aux anti-islam. Malgré un fort déploiement policier, des heurts sont à craindre.

    Interdiction de manifester à Calais

    Même inquiétudes à Calais, en France. Dans cette ville du nord où vivent près de 4 000 migrants, une manifestation de soutien aux exilés avait dégénéré il y a deux semaines. Pour prévenir d'éventuelles violences, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a décidé d'interdire les rassemblements pro et anti-réfugiés prévus ce samedi. Mais les organisateurs appellent les habitants à braver cet interdit.

    Pour Edgar Gretten, l'un des deux organisateurs de la manifestation contre les migrants, la décision de l'Etat ne remet rien en cause. « Interdiction ou pas interdiction, elle sera maintenue, assure-t-il. On n’a pas à se laisser dicter le droit d’exprimer son avis. Le droit de manifester est un droit constitutionnel. On n’y va pas du tout pour casser, on ne veut pas d’actes de violence. »

    La préfecture du Pas-de-Calais redoute également la réponse des militants No Border, présents à Calais pour soutenir les migrants. Une réponse qui pourrait être synonyme de débordements. « Si les militants d’extrême gauche ou d’extrême droite sont présents à Calais, ils s’exposeront à des sanctions et ils seront bien entendu dispersés. Calais n’a pas à être un terrain d’affrontements entre extrémistes », affirme Etienne Desplanques, directeur de cabinet de la préfecture du Pas-de-Calais.

    Mais Calais n'est pas la seule ville de France à tomber sous le coup d'une telle décision. Les militants bretons de Pegida ont eux aussi reçu l'interdiction de manifester ce samedi à Saint-Brieuc.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.