GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: au carnaval de Cologne, des réfugiés se sentent brimés

    media Des femmes officiers de police défilent durant le carnaval de Cologne, le «Lundi de la rose», le 8 février 2016. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Depuis les agressions de la Saint-Sylvestre à Cologne et ailleurs, agressions en partie sexuelles et commises, d'après l'enquête par des jeunes Maghrébins notamment, les relations des réfugiés avec la communauté allemande se sont détériorées. Des événements qui ont pour conséquence une stigmatisation de l'ensemble des étrangers et notamment les réfugiés. RFI a recueilli des réactions au carnaval de Cologne.

    Avec notre correspondant à Berlin,  Pascal Thibaut

    « On vient d’être contrôlés juste parce qu’on a les cheveux noirs. » Shevan Kanat se prépare à reprendre le train avec ses copains pour Bochum où ils habitent tous. Ces jeunes Kurdes syriens ont obtenu l’asile en Allemagne et se produisent régulièrement avec un groupe de musique folklorique de leur région Koma Kurdistan. Si ces jeunes condamnent fermement les agressions de la Saint-Sylvestre, ils regrettent qu’elles aient détérioré les relations entre étrangers et Allemands.

    « Il y une ambiance plutôt anti-islam et plus raciste actuellement. On ne peut plus vraiment parler avec les Allemands parce qu’ils ne veulent plus avoir de contact avec des étrangers. Tout à l’heure, certains nous ont regardés de travers durant le carnaval en se demandant "mais qu’est-ce qu’ils viennent faire ici ?" », Zanna Hassan, 16 ans.

    Ali témoigne : il y a plus de contrôles 09/02/2016 - par Pascal Thibaut Écouter

    Le groupe Koma Kurdistan vient de se produire durant le carnaval, placé sous haute sécurité, comme ils l’ont fait ailleurs pour faire connaître la culture kurde et œuvrer à un meilleur dialogue avec la population allemande. « On s’est bien amusés. Ils ne nous connaissaient pas et pourtant beaucoup d’Allemands ont dansé avec nous », poursuit Zanna Hassan.

    En deux ans environ, le jeune homme qui ne parlait pas un mot d’allemand, a acquis un niveau impressionnant et potasse pour son bac. Il a son propre appartement et a réussi à faire venir ses parents.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.