GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Procès d'un ancien gardien d'Auschwitz âgé de 94 ans

    media Le procès d'un ancien garde du camp d'Auschwitz, accusé de complicité du meurtre de 170 000 personnes, s'est ouvert ce jeudi 11 février en Allemagne. Reuters

    A Detmold, en Allemagne, s'est ouvert le procès de Reinhold Hanning, ancien gardien du camp d'extermination nazi d'Auschwitz, aujourd'hui âgé de 94 ans. Il est jugé pour complicité dans la mort de dizaines de milliers de personnes. Plusieurs survivants de la Shoah doivent témoigner ce jeudi 11 février 2016.

    Des dizaines de parties civiles, des Etats-Unis, du Canada, ou d'Israël sont représentées au procès de Reinhold Hanning. Et trois survivants de la Shoah devaient témoigner après la lecture de l'acte d'accusation. Parmi eux, Justin Sonder, 90 ans, qui a perdu 22 membres de sa famille sous le régime nazi.

    Accusé de «complicité» dans la mort d'au moins 170 000 personnes, entre janvier 1943 et juin 1944, Reinhold Hanning encourt une peine de 3 à 15 ans de prison, une peine surtout symbolique vu son âge.

    A 94 ans, en raison de son état de santé, Reinhold Hanning ne peut d'ailleurs assister à son procès que pendant deux heures par jour. Il est le troisième accusé d'une série de procédures tardives, entamées en 2011 avec celle de l'ex-gardien du camp de Sobibor, John Demjanjuk. Deux autres autres anciens SS seront jugés en Allemagne à partir de la fin février et de la mi-avril.

    Pour Christoph Heubner, vice-président du Comité international Auschwitz, il s'agit de rattraper in extremis « les manquements de la justice allemande ». En effet, sur les 6 500 SS du camp qui ont survécu à la guerre, moins de 50 ont été condamnés, y compris à cause de la présence d'anciens nazis dans la magistrature allemande, après la guerre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.