GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: Kadyrov affirme que des Tchétchènes infiltrent le groupe EI

    media Le leader tchétchène Ramzan Kadyrov, ici à Grozny en 2013. REUTERS/Maxim Shemetov

    Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, affirme que des espions tchétchènes sont envoyés en Syrie pour infiltrer l'organisation Etat islamique et aider l'aviation russe à bombarder les jihadistes. Une déclaration étonnante faite dans un reportage diffusé sur la principale chaine de télé russe.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Camps d'entrainement, tirs... la mise en scène ne laisse rien au hasard. Il est vrai que le reportage est diffusé dans le magazine hebdomadaire du chef de l'agence russe d'information extérieure, autrement dit un homme de confiance de Vladimir Poutine.
    Les déclarations de Ramzan Kadyrov ne sont donc pas fortuites : « Malheureusement, nous avons des pertes. Mais ils savaient dans quoi ils s'engageaient. Ils l'ont fait pour qu'on puisse vivre en paix en Tchétchénie et dans toute la Russie. »

    Il prétend que ses hommes sont partis en Syrie avant la création du groupe Etat islamique : « En Russie, personne ne savait que ça deviendrait ce groupe terroriste. Donc j'ai envoyé mes hommes pour voir de quoi il s'agissait. Et ils se sont retrouvés dans des centres d'entrainement de l'Otan et ont participé au lancement de l'Etat islamique. »

    Le chef tchétchène en aurait-il fait un peu trop ? En tout cas, selon l'agence russe Interfax citant une source anonyme, aucun de ses hommes ne serait un soldat de l'armée russe ou un agent du ministère de l'Intérieur. Juste de « jeunes volontaires soucieux de défendre leur pays ».

    Etrange effectivement qu'un officiel dévoile l'existence de ses espions dans une structure ennemie; ou bien est-ce une façon de rendre suspect aux yeux de l'organisation EI les 2 500 Caucasiens qui auraient rejoint ses rangs, ou encore de dissuader ceux qui envisagent de le faire ?

    Toujours est-il que le leader tchétchène se donne une nouvelle fois une image de grand patriote russe.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.