GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Berlinale: «Nous sommes tous des Berlinois, tous des Africains»

    media L’actrice américaine Meryl Streep, présidente du jury, lors de l’ouverture de la 66e Berlinale. REUTERS/Fabrizio Bensch

    La 66e Berlinale, le festival international de cinéma qui se tient dans la capitale allemande, s’est ouverte hier soir en beauté avec une comédie des frères Coen : « Avé César ! », une satire du système des studios américains des années 1950. Une brochette de stars américaines avait fait le déplacement, Tilda Swinton, Channing Tatoum, Josh Brolin et surtout George Clooney accompagné de sa femme Amal.

    Avec notre envoyée spéciale à Berlin,

    Plusieurs centaines de spectateurs, massés derrière deux rangées de barrières devant le Berlinale Palast, attendent fébriles la venue de stars. La présidente du jury compétition, l’actrice américaine Meryl Streep signe volontiers des autographes. Mais quand arrive les acteurs du film d’ouverture, Avé César !, des frères Coen, l’émotion est à son comble, particulièrement quand arrive la star américaine par excellence : George Clooney. Dans le film, il interprète une vedette des années 1950 totalement stupide, acteur d’un péplum enlevé par une bande de scénaristes communistes.

    George Clooney et les engagements humanitaires

    C’est donc une comédie délirante, déclaration d’amour au cinéma, qui ouvre cette 66e Berlinale. Un festival toujours plus engagé et militant cette année. Des initiatives sont en effet prises pour sensibiliser les festivaliers au drame vécu par les réfugiés. George Clooney, interrogé sur ses engagements humanitaires lors de la conférence de presse sur le film, a réitéré son intention de pouvoir faire un film sur la crise au Darfour ou celle des réfugiés :

    « Malheureusement dans le milieu du cinéma, on réagit aux situations avec un temps de retard, on ne montre pas la voie. Pour faire un film, il faut trouver un sujet, des personnages. Je caresse toujours l’idée de monter un projet sur le Soudan et le Darfour, je m’y suis rendu à plusieurs reprises et cela me tient à cœur. Mais je n’ai toujours pas trouvé le bon scénario. On ne parle pas assez de ces sujets dans mon pays. Et en ce moment, la séquence politique n’est malheureusement pas propice à aborder les questions internationales. Je rencontre la chancelière allemande Angela Merkel ce vendredi. Je lui demanderai quel message délivrer et comment on peut se rendre utile. Ça, c’est pour l’immédiat. Les médias doivent aussi être sensibilisés. Et puis ce serait bien de faire un film, mais comme je le disais c’est dur de trouver une bonne histoire et il faut le faire bien, car sinon on n'a pas de seconde chance. »

    Meryl Streep, l'Africaine

    Quant à Meryl Streep, elle se déclare citoyenne du monde : « Nous sommes tous originaires d’Afrique, nous sommes tous des Berlinois, tous des Africains », clame la présidente du jury pour une Berlinale ouverte sur le monde.

    Le programme du 66e festival du film de Berlin, du 11 au 21 février.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.