GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: les habitants prisonniers de la «zone grise»

    media Sur la ligne de front du Donbass, dans la région de Donetsk, en juillet 2015. AFP/Anatolii Stepanov

    Les accords de Minsk ont certes conduit à un apaisement des offensives le long de la ligne de front qui divise le Donbass, mais les échauffourées sont quasi-quotidiennes et meurtrières. Les habitants de cette « zone grise » sont désemparés et réduits à une précarité extrême.

    Avec notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert

    Quand le convoi d’aide humanitaire arrive dans le village de Jovanka, il fait avant tout face à la colère des quelque 300 habitants. Ces derniers sont excédés et frustrés d’être parmi les grands oubliés du cessez-le-feu. « Comment nous vivons? Dans nos caves. Ils bombardent tout, ils détruisent tout. Ça tire de tous les côtés » explique Maria, 83 ans.

    Depuis un an, les tensions dans la région se sont globalement apaisées. Mais dans quelques endroits particuliers, les duels d’artillerie sont réguliers. Jovanka en fait partie. Les bombardements n’ont ici aucune valeur stratégique. Pour Liouba, une autre habitante, ils servent juste de défouloir aux belligérants. « Depuis l’entrée en vigueur de la trêve, ils ont pris l’habitude de nous bombarder, tous les jours et toutes les nuits, du matin au soir. Une grosse série de tirs et puis des heures de silence. C’est une guerre des nerfs. Contre qui? Contre nous, des civils, habitants du village! » regrette Liouba.

    Les bombardements de ces deux dernières semaines sont tellement violents qu’ils ont entraîné la fermeture d’un des postes-frontières ukrainien, paralysant ainsi la circulation dans cette partie de la région. Un an après les accords de Minsk, il est impossible ici de retrouver une vie normale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.