GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 2 Juin
Vendredi 3 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Stéphane Le Foll à Bruxelles contre la surproduction de lait et de porc

    media Le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll en compagnie d'un éleveur de porc breton, en juin 2015 à Ploërmel. AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

    Lors du Conseil européen sur l'Agriculture ce lundi à Bruxelles, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture va tenter de convaincre l'UE de lutter contre la surproduction de lait et de viande porcine qui plombe les cours et frappe les agriculteurs de plein fouet. La semaine dernière, Manuel Valls a pointé un doigt accusateur vers la Commission, lui reprochant de ne pas agir assez ou trop tard pour résoudre la crise.

    La production de porcs et de lait a augmenté en France sans que la demande mondiale ne soit au rendez-vous et les cours ont chuté. Dans la filière laitière, les volumes étaient régis par l'Europe et les prix du lait variaient peu. Mais avec la fin des quotas l'année dernière, le système s'est emballé.

    Pour le porte-parole de la Confédération paysanne, l'embargo de la Russie, grand importateur de produits alimentaires, doit être levé et l'Europe doit intervenir. « Nous on revendique l’adaptation de l’offre et de la demande. S’il y a trop de lait sur le marché, il faut diminuer la production laitière. S’il y a trop de porc sur le marché, il faut diminuer la production porcine, estime Laurent Pinatel. Mais pour ça il faut que la Commission européenne prenne les décisions qui s’imposent. Donc les premières décisions, c’est de stocker le lait en trop, le porc en trop et puis après d’organiser des mécanismes qui feront remonter les prix pour favoriser l’émergence d’un modèle agricole qui respecte les hommes et les femmes qui en vivent. Qui respecte surtout les consommateurs et l’environnement. »

    Autre solution : trouver des débouchés pour les produits européens en Amérique du Sud, par exemple, ou en Asie. La Commission, qui a débloqué une enveloppe de 500 millions d'euros l'année dernière pour les Vingt-Huit, ne semble pas en tout cas disposer à donner plus.

    → A (RE)ECOUTER : Agriculteurs français, les raisons de la colère

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.