GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Quatre jours après que François Hollande a renoncé à briguer un second mandat, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce lundi dans une déclaration à l'hôtel de ville d'Evry sa candidature à la primaire du PS pour l'élection présidentielle de 2017. Il annonce qu'il démissionnera de Matignon ce mardi.

    Europe

    UE: «Brexit» et crise des réfugiés au menu du sommet de Bruxelles

    media Un drapeau britannique flottant aux côtés du drapeau de l'UE, lors d'une visite du Premier ministre David Cameron, à la Comission européenne de Bruxelles, le 16 février 2016. REUTERS/Yves Herman

    Deux sujets majeurs sont à l'ordre du jour du sommet européen jeudi et vendredi à Bruxelles. Premièrement, les aménagements demandés par le Premier ministre britannique David Cameron pour qu'il puisse faire campagne en faveur du maintien de son pays dans l'Union, en vue du référendum envisagé dès l'été prochain. Deuxièmement, la crise des migrants, avec notamment les efforts demandés à la Grèce pour qu'elle reste dans l'espace Schengen, et la mise en pratique de l'accord avec la Turquie pour faire baisser le nombre de migrants.

    L'urgence pour les 28 chefs d'Etats et de gouvernements de l'Union, c'est en effet d'endiguer le flux de migrants. Pour cela, deux axes d'action: aider la Grèce à mieux organiser l'accueil et le tri des migrants, et s'assurer de la bonne volonté de la Turquie, notamment dans la lutte contre les passeurs.

    Il y a urgence. A l’approche du printemps, les arrivées de migrants sur les îles grecques de la mer Egée pourraient se multiplier. Et les passeurs ne manquent jamais l’occasion d’exploiter les tensions à l’intérieur des Etats et entre les Etats.

    Si le flux de migrants illégaux est endigué, il deviendra alors possible d’envisager des réinstallations. Des réfugiés syriens qui se trouvent en Turquie, en Jordanie et au Liban pourraient être autorisés à venir en Europe, sans devoir risquer une traversée périlleuse par l’entremise des passeurs.

    L’Autriche a décidé de limiter l’entrée des demandeurs d’asile

    La réadmission des migrants illégaux de la Grèce vers la Turquie fait partie du scénario souhaité par les Vingt-Huit, qui évoquent aussi la surveillance des frontières grecques avec des moyens de l’OTAN. Mais le temps presse. La tentation d’actions non coordonnées est de plus en plus grande.

    L'Autriche a décidé de restreindre l'accès à son territoire aux demandeurs d'asile. Elle s'est rapprochée également du groupe de Visegrad qui réunit la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie. Ces quatre pays, membres de l’espace Schengen, souhaitent comme réponse à la crise des migrants, la fermeture pure et simple des frontières. Ils demandent aussi l'exclusion, au moins provisoire, de la Grèce de l'espace Schengen. De son côté, Athènes se targue d’avoir rempli ses obligations, notamment l’installation des « hotspots », les centres d’accueil et de tri des migrants sur les îles de la mer Egée.

    Des migrants ici en Slovénie, au poste-frontière de Sentilj, pour rentrer en Autriche, le 16 février 2016. L'Autriche va contingenter à partir de vendredi le nombre de demandes d'asile à 80 par jour, a annoncé le gouvernement. REUTERS/Leonhard Foeger

    Un accord avec Londres est souhaité, mais sans toucher aux traités

    L'autre sujet débattu à Bruxelles, les concessions faites au Royaume-Uni pour éviter sa sortie de l'Union, est également compliqué. La chancelière allemande Angela Merkel trouve « justifiées » les demandes de David Cameron, mais Paris estime notamment que des points restent à éclaircir.

    En effet, pas question de donner au Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de la zone euro, la possibilité de s'opposer à des mesures prises par les pays qui ont adopté la monnaie unique, dans le but de protéger sa place financière de Londres. Et la restriction des prestations sociales pour les travailleurs venant d'autres pays de l'Union devrait être dûment justifiée et limitée dans le temps.

    S’il existe une volonté générale d’aboutir à un accord avec David Cameron, certains remarquent aussi qu'à des demandes qui peuvent être interprétées comme un « chantage » de la part de Londres, les partenaires européens du Royaume-Uni s’apprêtent à répondre par des promesses, dans un cadre solennel, certes, mais qui restent, en absence d’une modification des traités, uniquement des promesses.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.