GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Pologne: Lech Walesa accusé d'avoir été un agent communiste

    media L'ancien président polonais Lech Walesa, lors d'une conférence de presse à Caracas, au Venezuela, le 18 février 2016. REUTERS/Marco Bello

    Lech Walesa était-il un agent des services communistes dans les années 1970 ? Le fondateur du syndicat Solidarnosc l'a toujours nié, mais la révélation de nouveaux documents, où Lech Walesa signe entre autres un accord de collaboration et des reçus d'argent, sème le doute. Les documents ont été révélés par la veuve de l'ancien chef de la police secrète communiste et suscitent de nombreuses réactions.

    Avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

    Depuis le Venezuela, Lech Walesa a réagi sur son blog. « Il ne peut exister de documents venant de moi. S'ils existaient, on n'aurait pas besoin de les fabriquer. Je vais le prouver en justice », a écrit celui qui est toujours considéré à travers le monde comme un héros dans la libération de la Pologne du régime communiste.

    Les relations entre Walesa et le pouvoir de l'époque ne sont pas nouvelles. Le Prix Nobel de la Paix de 1983 a déjà avoué avoir signé quelques papiers dans sa jeunesse, mais a toujours nié toute collaboration.

    Pour le président du Conseil européen et ancien Premier ministre polonais, Donald Tusk, c'est une affaire « réchauffée » avec de « tristes effets pour l'image de la Pologne et pour la légende de Lech Walesa et du syndicat Solidarité. »

    L'actuel président polonais Andrzej Duda n'accable pas l'ancien chef de l'Etat. Il se demande néanmoins « comment il se fait que des documents classés secrets puissent encore reposer dans les maisons d'anciens ministres communistes. »

    Quant à la veuve du général Kiszczak à l'origine de l'affaire, elle dit aujourd'hui avoir « commis une erreur » en rendant ces documents publics.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.