GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 30 Juin
Vendredi 1 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique: quinze ans de prison requis contre Khalid Zerkani

    media Des policiers montent la garde durant le procès de Khalid Zerkani à Bruxelles, le 18 février 2016. NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP

    Le procès en appel de Khalid Zerkani s'est ouvert ce jeudi 18 février à Bruxelles. Cet homme de 42 ans est un proche de plusieurs des kamikazes des attentats du 13 novembre à Paris: Abdelhamid Abaaoud, Chakib Akrouh. Il est considéré comme un important recruteur de combattants pour la Syrie de 2012 à 2015. Khalid Zerkani a été condamné en première instance à 12 ans de prison en tant que dirigeant d'un groupe terroriste. Outre Zerkani, trois femmes condamnées avaient fait appel, dont Fatima Aberkane.

    Avec notre correspondante à Bruxelles, Laxmi Lota

    « C'est le plus grand recruteur que nous ayons eu sur notre territoire ! ». C'est ainsi que le procureur général qualifie Khalid Zerkani dans son réquisitoire.

    L'homme à la longue barbe noire, actuellement détenu, est arrivé le sourire aux lèvres dans la salle et a justifié son appel en ces termes : « Je refuse d'être qualifié de jihadiste. Je suis une personne pacifiste ». Le recruteur va même jusqu'à prendre à témoin le policier infiltré dans son groupe. « Il peut en attester, je n'ai aucune relation avec cette idéologie » affirme-t-il.  Le ministère public rappelle alors que le prévenu a envoyé à la mort plusieurs jeunes et requiert 15 ans de prison à son encontre.

    Sur le banc des prévenus, il y a également Fatima Aberkan, 56 ans. « Elle a le jihad dans la peau depuis des années », lance le procureur. Et quand le président de la Cour lui demande pourquoi elle a posé avec des armes sur Facebook, elle répond que tout le monde fait des erreurs et qu'on ne choisit pas sa famille. Enfin, pour justifier l'hébergement de candidats au jihad, Fatima Aberkan a simplement expliqué qu'elle aimait inviter.

    Le parquet a requis de 10 à 15 ans de prison à son encontre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.