GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Turquie: nouvelles mesures de sécurité après l'attentat d'Ankara

    media Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu à Ankara, le 14 février 2016. REUTERS/Umit Bektas

    Quatre jours après l'attentat d'Ankara qui a fait 28 morts et plus de 80 blessés, les autorités turques veulent « renforcer la sécurité dans le pays ». C'est en substance ce qu'a annoncé le Premier ministre Ahmet Davutoglu samedi lors d'une rencontre de plus de cinq heures avec les hauts-responsables de l'Intérieur. La Turquie qui entend bien continuer à cibler les milices kurdes de Syrie, toujours considérées comme les commanditaires de l'attentat.

    Avec notre correspondant à IstanbulAlexandre Billette

    Plus de policiers dans les rues, c'est la réponse du Premier ministre turc à l'attentat de mercredi.

    Ahmet Davutoglu a réuni les principaux responsables de la sécurité nationale samedi soir, pour mettre en place un nouveau programme anti-terroriste, donnant notamment plus de pouvoirs et de visibilité aux forces de l'ordre : « Nous allons faire des changements importants et adopter des mesures supplémentaires en matière de sécurité, étant donné que la situation a changé. Nous allons évaluer les conditions de sécurité à l'intérieur du pays et apporter des réponses, province par province et ville par ville ».

    Vingt-deux personnes sont désormais en garde à vue suite à l'attentat d'Ankara, et le Premier ministre Davutoglu persiste et signe, ce sont les milices kurdes de Syrie, les YPG, avec l'aide du PKK, qui sont responsables de l'attentat.

    Il insiste pour que les Américains cessent leur soutien à ces groupes dans leur lutte contre l'Etat islamique. Une requête pas vraiment entendue pour le moment à Washington. Barack Obama a demandé aux milices kurdes et à la Turquie de faire preuve de retenue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.