GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Mai
Samedi 20 Mai
Dimanche 21 Mai
Lundi 22 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 24 Mai
Jeudi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Attaque de Manchester: «effroi» et «consternation» de Macron qui s'entretiendra par téléphone avec Theresa May (présidence française)
    • Royaume-Uni: l'auteur de l'attentat de Manchester est mort en faisant exploser un engin (police)
    • Royaume-Uni: le bilan passe à 22 morts dans l'attentat de Manchester (police)
    • Attaque à Manchester: éditions spéciales sur RFI à 7h40 et à 8h15 (heures de Paris)
    • Royaume-Uni: Theresa May et Jeremy Corbyn suspendent leur campagne électorale après l'attentat à Manchester
    • Yémen: sept combattants d'Al-Qaïda tués lors d'un raid américain (Pentagone)
    Europe

    Royaume-Uni: Boris Johnson favorable à une sortie de l’UE

    media Boris Johnson a répondu aux questions des médias sur le «Brexit» devant chez lui, le 21 février 2016. REUTERS/Peter Nicholls

    Le maire de Londres, Boris Johnson, a annoncé dimanche 21 février qu'il ferait campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Après avoir laissé planer le doute pendant des mois, Boris Johnson a finalement pris position.

    Avec notre correspondante à LondresMarina Daras

    C’est un coup dur pour David Cameron qui espérait pouvoir rallier le député conservateur et maire de Londres à sa cause. Le très populaire Boris Johnson rejoindra donc la campagne pro-Brexit. Une décision qu’il dit avoir eu du mal à prendre, mais qu’il a longuement murie.

    Boris Johnson, proche de David Cameron et candidat à sa succession, a pourtant salué l’accord que le Premier ministre anglais avait négocié « de manière fantastique » compte tenu du peu de temps qu'il avait.

    Mais pour lui, cet accord ne constitue pas une réforme fondamentale de l'UE, ni de la relation de la Grande-Bretagne avec l'UE. Ce référendum est donc, d’après lui, l’occasion pour le pays de retrouver sa souveraineté et son contrôle démocratique.

    Son entrée en campagne contre le Premier ministre change la donne. David Cameron avait jusque-là réussi à éviter la défection des principales personnalités du Parti conservateur, comme la ministre de l'Intérieur Theresa May, une eurosceptique notoire. Mais Boris Johnson est un personnage très charismatique et populaire. Il pèse donc lourd dans la balance électorale.

    A seulement quatre mois du référendum, le Premier ministre voit donc son parti se décomposer petit à petit avec encore beaucoup d’indécis, mais une opposition plus forte que jamais.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.