GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    David Cameron devant le Parlement pour convaincre de rester dans l'UE

    media Le Premier ministre David Cameron tente de persuader les députés de l'intérêt de rester dans l'UE, le 22 février 2016. PRU / AFP

    David Cameron a présenté aux députés les réformes qu'il a négociées ce week-end à Bruxelles. Un exercice compliqué car le Premier ministre britannique se trouve face à la division de sa propre majorité. En fait, il s'est surtout adressé à un homme, le fameux Boris Johnson, maire de Londres.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Delcroix

    C’est un David Cameron prêt à en découdre avec les eurosceptiques de tout poil, et notamment ceux de son propre camp, qui est apparu à la chambre des Communes. Le chef du gouvernement a défendu à la chambre des Communes l’accord obtenu vendredi dernier avec les autres membres de l’UE pour réformer et maintenir la relation du Royaume-Uni avec Bruxelles. Cet accord ouvre la voie à un référendum le 23 juin.

    Le populaire maire de Londres, Boris Johnson, est dans la ligne de mire de David Cameron, car le premier a mis de sacrés bâtons dans les roues du second en ralliant, dimanche 21 février, le camp du «Brexit».

    David Cameron a d'abord souligné qu'une sortie de l'Union européenne représenterait un dangereux saut dans l'inconnu, avec des risques pour l'économie et la sécurité du Royaume-Uni.

    «Brexit»: quelles conséquences politiques pour la Grande-Bretagne?

    Puis le Premier ministre a pris un soin tout particulier à balayer les arguments évoqués par le maire de la capitale. Boris Johnson a en effet sous-entendu que s'il voulait voter pour sortir de l'UE, c'était en réalité dans le but d'obtenir un meilleur accord avec Bruxelles. Il a évoqué à demi-mot l'idée d'un second référendum pour alors revenir dans l'Union.

    Une idée fermement rejetée par David Cameron qui a prévenu que le référendum du 23 juin serait définitif, ironisant sur le fait qu'aucun couple n'avait jamais entamé une procédure de divorce dans l'idée de préserver son mariage.

    Le leader conservateur a également fait allusion aux véritables motivations de Boris Johnson qui chercherait surtout à lui succéder à la tête du parti, alors que selon la presse britannique, près de la moitié des députés conservateurs pourrait se positionner en faveur d'un Brexit.

    C'est néanmoins les électeurs britanniques qui auront le dernier mot dans quatre mois. Mais en attendant, la période d'incertitude qui s'ouvre ne plaît pas du tout aux marchés. La livre sterling est tombée ce lundi à son niveau le plus faible en près de sept ans face au dollar.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.