GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    Europe

    Réfugiés: la Macédoine durcit ses droits d'entrée sur le territoire

    media Des réfugiés et migrants bloqués à la frontière gréco-macédonienne, près du village grec de Idomeni,, le 22 février 2016. REUTERS/Alexandros Avramidis

    Le gouvernement grec est sous pression. Les pays des Balkans ont décidé de restreindre à nouveau les entrées de migrants sur leur territoire. Depuis samedi, les Afghans ne sont plus autorisés à traverser la frontière de l'ancienne république yougoslave de Macédoine. Les autres doivent désormais fournir une pièce d'identité formelle. Les passages ont donc été fortement ralentis ce qui crée beaucoup d'attente côté grec.

    Avec notre correspondante à Athènes,  Charlotte Stiévenard

    Le camp d'Idomeni est à nouveau plein. Il est situé juste au point de passage pour les migrants à la frontière entre la Grèce et l'ancienne République yougoslave de Macédoine. Installé par des ONG, il a une capacité de 1 000 à 1 500 personnes, mais la police a dénombré près de 2 500 migrants. Ils attendent de pouvoir passer.

    Près de 3000 autres migrants sont dans des bus, à 20 km au sud dans la petite ville de Polykastro. Ce dimanche, 500 personnes ont décidé de parcourir cette distance à pied pour rejoindre la frontière, de peur d'être coincées en Grèce. Selon la police, comme l'ONG Médecins sans frontières (MSF), la situation est calme.

    Environ 300 Afghans sont donc bloqués. Si la situation perdure, ils seront renvoyés à Athènes ou ailleurs en Grèce. Et pour les autres, Syriens et Irakiens, il faut désormais fournir un passeport ou une carte d'identité.

    Avant, les autorités macédoniennes demandaient surtout l'avis de quitter le territoire délivré par les autorités grecques sur les îles, après enregistrement et contrôle de l'identité des migrants.

    D'autres personnes sont attendues sur place. Ce lundi matin, plus de 4 400 migrants ont débarqué au port du Pirée, arrivés depuis les îles dans les bateaux affrétés par le gouvernement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.