GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Quatre jours après que François Hollande a renoncé à briguer un second mandat, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce lundi dans une déclaration à l'hôtel de ville d'Evry sa candidature à la primaire du PS pour l'élection présidentielle de 2017. Il annonce qu'il démissionnera de Matignon ce mardi.

    Europe

    La Russie honore le «défenseur de la patrie»

    media Vladimir Poutine, dans le centre de Moscou, le 23 février 2016, «journée du défenseur de la patrie». Reuters

    Le 23 février en Russie, on célèbre « le défenseur de la patrie », une fête qui date de 1922. A l’époque, on célèbrait « le Jour de l’Armée rouge des ouvriers et paysans et de la Marine ». Cette date serait, selon certains, celle de la création de l’armée rouge en 1918. L’appellation a changé plusieurs fois, mais l’esprit est resté : il s’agit de rendre hommage au soldat russe. Depuis 2002, cette journée est fériée. Diverses festivités sont organisées pour célébrer la gloire militaire. Mais pour de nombreux Russes, le 23 février est devenu plus simplement la journée de l’Homme, et il est de bon ton d’offrir un cadeau aux hommes de son entourage.

    La journée du « défenseur de la patrie » est devenue la « fête de l'homme » avec une connotation virile et guerrière. Ce jour-là, on est prié d’offrir un cadeau, fût-il petit, aux hommes que l’on connaît. Cette évolution aurait un lien avec l’existence de la journée de la femme, célébrée le 8 mars. En Russie, on parle de « journée internationale de la femme » et non pas de « journée internationale des droits des femmes », appellation officielle du 8 mars. A cette occasion, la femme doit être plus féminine que jamais, et les hommes doivent lui offrir des fleurs. Il semble donc que les hommes russes voulaient aussi recevoir des cadeaux, et pas simplement des marques de reconnaissance en tant que « défenseur de la patrie » potentiel !

    Une fête patriotique mais aussi commerciale

    Pour cette occasion, les restaurants, bars, boîtes de nuit organisent des soirées spéciales, avec le plus souvent des références à la chose militaire. Pendant les années 2000, la journée du « défenseur de la patrie » est devenue une fête essentiellement commerciale, malgré les programmes télévisés consacrés à la guerre et à l’armée. L’armée n’avait pas bonne presse ; les affaires de maltraitance ou de morts dans les casernes étaient fréquentes. Et la plupart des jeunes gens cherchaient à éviter le service militaire.

    Regain de popularité de l’armée

    Chars sur un t-shirt en vente dans la boutique de l’armée, ouverte depuis peu sur la plus grande avenue de Moscou. (Photo: Muriel Pomponne)

    Mais l’armée a retrouvé une certaine popularité, à en croire les derniers sondages. 80 à 90% des Russes pensent qu’elle sera capable de les défendre en cas de menace extérieure. C’est le niveau de confiance le plus élevé de la période post-soviétique. Et le service militaire est redevenu populaire en raison du patriotisme ambiant, mais aussi à cause de la crise économique. L’armée est considérée comme un lieu de stabilité, de prestige et de garantie de protection sociale. 58 % des Russes approuvent l’idée de conserver un système de conscription, alors qu’ils n’étaient que 32% il y a dix ans. Sur la plus grande avenue de Moscou, une boutique a été ouverte récemment où l’on peut acheter des vêtements, des tentes, des skis etc… aux couleurs de l’armée russe.

    La fascination pour les chars

    Ce goût pour la chose militaire se ressent au quotidien par la fascination pour les engins blindés. Dès le plus jeune âge, dans les jardins d’enfants, on développe le goût pour les armes. On donne aux bambins des dessins à colorier avec des chars. Pour les plus grands, l’éducation patriotique est de rigueur, avec l’exaltation des victoires russes à travers l’histoire, le développement du goût de l’uniforme, voire la pratique d’exercices militaires.

    Ces dernières années, le goût pour les blindés s’est traduit dans des secteurs étonnants comme le prêt-à-porter, l’artisanat, et même les produits de bouche. Ainsi le grand magasin Goum de la Place rouge a vendu l’hiver dernier des pull-overs homme avec des motifs représentants des chars, alors que ce type de pull tricoté présente généralement des motifs de flocons de neige.

    Chars-chaussons en feutrine, en vente parmi des objets souvenirs dans la ville de Souzdal. ( photo Muriel Pomponne)

    Des chocolatiers proposent pour le 23 février des pistolets, des kalachnikov et bien sûr, des chars en chocolat. Certains customisent leur voiture en véhicules blindés, d’autres transforment la poussette de leur bébé en char en carton ou en plastique. Enfin il est de bon ton d’offrir des pantoufles en feutrine ou en crochet à l’homme de sa vie le jour du 23 février !

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.