GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    France: Areva affiche des résultats dans le rouge pour la 5e année consécutive

    media Philippe Knoche, directeur général de l'entreprise française Areva, à Nanterre, lors de l'annonce des résultats financiers de 2015, le 26 février 2016. REUTERS/Charles Platiau

    Areva, l'ancien fleuron du nucléaire français, a publié ses résultats pour l'année 2015. Ils sont encore déficitaires, le groupe affiche une perte de 2 milliards d'euros.

    Areva affiche des résultats dans le rouge pour la cinquième année de suite. Mais 2 milliards d'euros, c'est bien moins que les pertes affichées il y a tout juste un an avec près de 5 milliards d'euros. Des résultats qui avaient précipité le démantèlement d'Areva avec la mise en place d'un plan de sauvetage du groupe, plan qui se déroule depuis maintenant un an, volet par volet.

    Le premier volet était un plan de restructuration avec près de 3 000 postes supprimés. Le deuxième volet était destiné à la cession des activités réacteurs d'Areva à l'électricien EDF, qui a été validée fin janvier par les conseils d'administration des deux groupes. Enfin, le sauvetage d'Areva passera par une recapitalisation massive de 5 milliards d'euros. Elle a été validée fin janvier également.

    L'Etat mettra la main à la poche en tant qu'actionnaire de référence, mais d'autres investisseurs devraient participer. Cette recapitalisation ne sera effective que début 2017. En attendant, il fallait d'urgence trouver de l'argent pour permettre à l'ancien géant français d'honorer ses dettes cette année, au risque sinon d'être en situation de cessation de paiement. Pressées par le gouvernement, plusieurs banques ont donc octroyé hier au groupe un prêt d'un milliard d'euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.