GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    UE: la Belgique interpellée par la Commission sur ses contrôles frontaliers

    media Des officiers de police belges effectuant des contrôles à la frontière franco-belge, le 24 février 2016. REUTERS/Francois Lenoir

    La Belgique se fait sévèrement taper sur les doigts par la Commission européenne au sujet de ses contrôles frontaliers, selon le quotidien La Libre Belgique. Le ministère belge de l’Intérieur a reçu une lettre peu amène de la part de la Commission qui lui explique que les contrôles à la frontière franco-belge n’ont absolument pas été instaurés dans les règles. La Blegique avait pris la décision de rétablir provisoirement les contrôles à la frontière française, sur le littoral, par crainte d'un possible afflux de migrants en provenance de Calais.

    Avec notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    Vous devrez mettre fin aux contrôles si vous ne nous envoyez pas une notification officielle, voilà ce qu’écrit le commissaire européen chargé de la Migration au ministre belge de l’Intérieur. Le commissaire Dimitris Avramopoulos rappelle au gouvernement fédéral belge que même si le rétablissement de contrôles aux frontières est possible, il ne peut durer plus de dix jours si le pays n’a pas prévenu un mois à l’avance. Or la Belgique l’a fait du jour au lendemain.

    Il faut par ailleurs que la Belgique explique « la nature de la menace sérieuse à la politique publique et à la sécurité intérieure » qui justifie les contrôles et qu’elle fournisse des chiffres ou des informations démontrant sa nécessité. Après les remontrances de son homologue français Bernard Cazeneuve, le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon avait pourtant assuré que tout avait été fait dans les règles et il va maintenant devoir s’expliquer devant la Commission où il est attendu lundi.

    C’est une fausse note de plus dans l’immense cacophonie européenne sur la question des migrants où chacun prend ses décisions en ordre dispersé. En témoignent les filtrages imposés par les pays des Balkans. Et les instances de l’UE ont beau avertir du risque de désastre pour l’Europe, peu de pays en tiennent compte, car les règles européennes de l’asile et de la migration sont contradictoires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.