GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Réfugiés: face à l’inefficacité de l’UE, la Grèce subit une crise humanitaire

    media Les réfugiés Irakiens et Syriens continuent de passer au compte-gouttes à la frontière macédonienne : 300 personnes samedi seulement (enfants dans le camp d'Idomeni, dimanche 28 février 2016) REUTERS/Yannis Behrakis

    En Grèce, les craintes du gouvernement de voir le pays transformé en « entrepôt d’âmes humaines » sont en passe de se réaliser avec environ 22 500 migrants en transit bloqués dans le pays. Un quart d’entre eux attendent face à la frontière macédonienne qui ne peut plus être franchie qu’au compte-gouttes. Beaucoup d’autres sont coincés sur les îles de la mer Égée puisque les autorités hellènes ont demandé aux ferries de freiner leur transfert vers le continent. C’est là que se situe l’urgence la plus criante à l’heure actuelle dans la crise des migrants mais une cacophonie complète prévaut dans toute l’Union européenne qui se montre diantrement inefficace.

    Avec nos correspondants à Bruxelles Athènes,  Pierre Benazet  et  Charlotte Stievenard

    La décision des pays de la route des Balkans de mener ensemble leur propre politique de filtrage sans en référer à leurs partenaires de l’UE n’est en fin de compte que la décision aux effets les plus tangibles parmi toutes les décisions prises par les pays européens qui tirent à hue et à dia.

    Il n’y a pour l’instant que deux axes principaux dans l’action européenne face à la crise des migrants : la sécurisation des frontières et la relocalisation des demandeurs d’asile. Or cette perspective de relocalisation est d’une part contestée en particulier en Europe centrale et d’autre part inefficace puisque seuls 600 réfugiés ont pu être réinstallés alors que l’UE veut en relocaliser 160 000 et que cette volonté a été émise dès le printemps dernier.

    Dans ce contexte, l’espace Schengen est en train de se mettre en panne avec la décision des pays de la route des Balkans, qui de facto rétablit une frontière avec la Grèce. Mais les cris d’alarme de l’UE n’ont aucun effet car on explique d’un côté que mettre en place des filtrages et des quotas est illégal et de l’autre côté que les réfugiés doivent rester dans leur pays d’arrivée.

    Dans ce contexte, la seule politique qui semble fonctionner est la sécurisation des frontières. Et encore, ce sera l’Otan qui aura en fin de compte le plus d’impact, avec ses patrouilles maritimes en mer Égée.

    Qu'en est-il de l'accord UE-Turquie de novembre 2015 ?

    Le terminal du port du Pirée a été transformé en hall d'accueil pour réfugiés en attente d'une évacuation vers un camp d'accueil ou une frontière; Le 28 février 2016. REUTERS/Alkis Konstantinidis

    Entre 70 000 et 80 000 réfugiés sont attendus sur le sol grec le mois prochain a déclaré Giannis Mouzalas, le ministre adjoint à l'Immigration mais le gouvernement grec espère un ralentissement des arrivées.

    Pour Giannis Mouzalas, le message doit être envoyé vers les migrants qui attendent en Turquie. Il espère que quand ils seront conscients de la situation en Grèce, ils seront moins nombreux à tenter la traversée.

    Le ministre grec adjoint à l'Immigration a déclaré préparer « une campagne d'information ». Pour lui, si on y ajoute le déploiement prévu des navires de l'Otan en mer Egée, il pourrait y avoir 70 % d'arrivées en moins. Le commissaire européen à l'Immigration, Dimitris Avramopoulos, a averti quant à lui qu'une crise humanitaire est imminente en Grèce, à moins que « toutes les parties assument leurs responsabilités », Bruxelles comme Athènes. C'est ce que Dimitris Avramopoulos a déclaré au journal conservateur I Kathimerini.

    Il a appelé à mettre en place l'accord de novembre entre l'UE et Ankara pour réduire le flot de migrants. Et il a demandé aux pays européens d'accepter plus de demandeurs d'asile par le système de relocalisation. Selon un sondage publié dimanche dans le journal To Vima, 92 % des Grecs jugent insuffisant le soutien de l'Union européenne à la Grèce et 60 % souhaitent que leur pays reste dans l'espace de libre circulation Schengen.

    RFI

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.