GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 30 Juillet
Dimanche 31 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Royaume-Uni: la bataille pour ou contre un «Brexit» monte en puissance

    media La Première ministre écossaise et leader du Parti nationaliste écossais, Nicola Sturgeon, s'est exprimé sur la question de la sortie ou non du Royaume-Uni de l'UE, à Londres, le 29 février 2016. REUTERS/Toby Melville

    Au Royaume-Uni, la bataille pour ou contre un «Brexit» monte en puissance : un rapport gouvernemental affirme ce lundi 29 février que quitter l'Union européenne entraînerait une décennie d'incertitude et affecterait la vie de millions de Britanniques. Mais cette mise en garde provoque la colère des partisans d'un retrait qui accusent les pro-UE de mener une campagne alarmiste avant le référendum du 23 juin.

    Avec notre correspondante à LondresMuriel Delcroix

    S'il sort de l'Union européenne, le Royaume-Uni mettra dix ans à s'en remettre et à conclure de nouveaux accords commerciaux avec de graves conséquences pour son économie et notamment les marchés financiers, l'industrie automobile ou encore les droits des Britanniques installés en Europe.

    Cette mise en garde émane du premier rapport officiel publié par le gouvernement et indique la volonté de David Cameron de passer à la vitesse supérieure pour convaincre la population de rester dans le giron européen. Des affirmations immédiatement contrées par le camp du Brexit pour qui ces prédictions sont « ridicules ». Le maire de Londres Boris Johnson, en faveur d'un retrait, accuse le Premier ministre et ses alliés de semer la peur, et comme d'autres a rebaptisé leur campagne « Projet panique ».

    Nicola Sturgeon réitère son soutien au maintien dans l'UE

    Cette tactique ne plaît d'ailleurs pas non plus à tous les pro-Union européenne. La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon présente à Londres ce lundi a mis en garde David Cameron contre la tentation de mener une campagne « négative, maussade et basée sur la peur ».

    « Bien sûr, je souhaite que l’Ecosse devienne indépendante, mais je ne veux pas que l’Ecosse devienne indépendante parce que le Royaume-Uni aura choisi de quitter l’Union européenne. Je veux que le Royaume-Uni, dans son ensemble, choisisse de rester au sein de l’UE parce que je pense que ce sera la meilleure option pour le Royaume Uni, ce sera mieux aussi pour l’UE. Et si l’Ecosse devenait indépendante, et je pense que cela se produira, cela serait meilleur pour nous aussi », a déclaré la patronne du Parti nationaliste écossais (SNP).

    Beaucoup d'analystes font remarquer que la même tactique alarmiste utilisée avant le référendum sur l'indépendance de l'Ecosse avait fonctionné et conduit nombre d'électeurs à choisir de rester.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.