GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Allemagne et Algérie s’accordent pour le rapatriement des migrants illégaux

    media Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, durant sa tournée au Maghreb, le 29 février 2016. FADEL SENNA / AFP

    Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, est en tournée au Maghreb. L'Allemagne, qui a accueilli plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015, veut pouvoir renvoyer les migrants marocains, algériens et tunisiens chez eux. En effet, Berlin considère que ces pays sont sûrs. Lundi 29 février, le ministre de l'Intérieur allemand a annoncé qu'il avait trouvé un accord avec l'Algérie.

    Les autorités allemandes ne s'en cachaient pas, elles voulaient un accord. Et elles l'ont obtenu ce lundi 29 février.

    « En ce qui concerne la question du rapatriement, je suis très heureux de saluer l'accord obtenu avec l’Algérie qui nous a exprimé sa disponibilité entière à œuvrer au rapatriement de ceux qui sont des ressortissants algériens et qui n'ont aucune perspective d'obtenir un permis de séjour en Allemagne », a expliqué Thomas de Mazière, ministre de l'Intérieur allemand.

    Le rapatriement concerne les Algériens entrés illégalement sur le territoire allemand depuis un an. Identifiés grâce à leurs empreintes digitales, ils pourront être rapatriés via des lignes aériennes commerciales. Berlin prendra en charge les coûts.

    Pour le ministre de l'Intérieur algérien Nourredine Bedoui, cet accord fait partie d'une coopération sécuritaire plus globale. « Nous nous sommes accordés sur l'échange d'information sécuritaire et sur la formation. Nous avons évoqué la migration illégale et la protection des frontières », a déclaré le ministre.

    Si l'accord est assuré, les polices des deux pays devront encore s'entendre sur les conditions d'identification des migrants algériens.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.