GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Syrie: le plus grand hôpital d'Alep-Est a été frappé par des barils d'explosifs (ONG)
    • Le yuan chinois, monnaie de référence du FMI: Pékin salue un «tournant» et promet des réformes
    Europe

    Crise migratoire: Donald Tusk demande plus d’efforts à la Turquie

    media Le président du Conseil européen Donald Tusk (à droite) et le Premier minstre turc Ahmet Davutoglu (à gauche) ce jeudi 3 mars 2016 à Ankara, en Turquie. REUTERS/Hakan Goktepe

    Après Athènes, le président du Conseil européen Donald Tusk était à Ankara jeudi 3 mars, avant le sommet UE-Turquie crucial sur la crise migratoire qui aura lieu lundi. Donald Tusk demande plus d'efforts de la part d'Ankara et de nouvelles mesures pour ralentir le flux de réfugiés depuis la Turquie vers l'Europe.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette

    A trois jours du sommet extraordinaire de Bruxelles, Donald Tusk a prévenu Ankara : il y a encore trop de réfugiés qui passent par la Turquie pour se diriger vers l'Europe.

    Mais le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, qui assure que la Turquie fait tout ce qui est possible pour gérer au mieux cette crise des réfugiés, a lui aussi mis en garde l’UE. Pour lui, la Turquie et la Grèce ne peuvent pas assumer seules la responsabilité de cette crise.

    Le président du Conseil européen a suggéré de mettre en place « rapidement » un système pour renvoyer vers la Turquie les réfugiés illégaux qui arrivent en Grèce.

    Les autorités turques s'attendent à ce que les 28 demandent, lors du sommet de Bruxelles, davantage d'efforts en vue de fermer les points de passages, en contrepartie des trois milliards d'euros promis en novembre. Des fonds qui sont jusqu'à maintenant prévus pour améliorer les conditions de vie des réfugiés sur le sol turc.

    Donald Tusk sera toujours en Turquie vendredi, mais cette fois à Istanbul, pour rencontrer le président turc Recep Tayyip Erdogan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.