GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Mai
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: accusée de complicité de fraude fiscale, l'infante Cristina se défend

    media L'infante Cristina, lors d'une audience de son procès pour complicité de fraude fiscale, à Palma de Majorque, le 3 mars 2016. REUTERS/BALEARIC ISLANDS HIGH COURT POOL via Reuters TV

    Ce jeudi était une journée très attendue en Espagne, sur le plan judiciaire. Dans le cadre du procès Noos, qui concerne une affaire de détournement de fonds publics touchant la famille royale, l'infante Cristina devait pour la première fois prendre la parole et se défendre face à l'accusation de complicité de fraude fiscale. C'est la première fois qu'un membre de la monarchie est sur le banc des accusés, et son image en a pâti.

    Avec notre correspondant à MadridFrançois Musseau

    « J'ai toujours eu pleinement confiance en mon mari et je suis convaincue de son innocence. » Cette phrase, l'infante Cristina l'a répétée mainte fois, comme une formule apprise par coeur, comme glissée par ses avocats. La soeur cadette du roi Felipe VI a tout nié en bloc du début jusqu'à la fin.

    « Non, mon mari Urdangarin n'a pas bénéficié d'un million d'euros de fonds publics au profit de sa société. Non, il n'a pas détourné de l'argent vers des comptes dans des paradis fiscaux. Et, surtout, moi sa femme, n'ai rien à voir avec tout cela », a-t-elle déclaré. Pourtant, l'infante Cristina est coprésidente, avec son époux, de cette même société accusée par la justice d'avoir touché d'énormes commissions.

    Reste aux juges de ce tribunal à prononcer leur verdict. L'infante Cristina est-elle innocente ou coupable ? Toujours est-il que son frère, le roi Felipe VI, lui, cherchant à laver l'image de la famille royale, a coupé tous les ponts avec sa soeur et refuse sa présence dans les cérémonies officielles.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.