GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    «Brexit»: le patron de la Chambre de commerce britannique aurait été suspendu

    media Le directeur général de la Chambre de commerce britannique (BCC) John Longworth, le 5 mars 2016. REUTERS/Stefan Wermuth/Files

    A Londres, le directeur de la Chambre de commerce britannique John Longworth, aurait été sanctionné, selon le quotidien Financiel Times, après avoir exprimé sa préférence pour un «Brexit», la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, lors du référendum du 23 juin prochain.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    John Longworth a commis l'impair jeudi en s'adressant à un parterre d'hommes d'affaires réunis à l'occasion de la visite du ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble. Se laissant quelque peu emporter, le patron de la Chambre de commerce britannique a comparé le référendum à un dilemme entre « le diable et les profondeurs insondables de l'océan », c'est-à-dire entre rester au sein d'une Union jugée irréformable ou faire face aux incertitudes entraînées par un «Brexit».

    Et le directeur général d'enfoncer le clou en expliquant que le « dynamisme de la City et du secteur des affaires britannique font que le royaume a la capacité de créer un avenir meilleur en dehors de l'UE ».

    Le hic, c'est que la Chambre de commerce a choisi de rester neutre sur ce dossier épineux. Réunie en conseil extraordinaire, la BCC aurait, selon le Financial Times, décidé de suspendre John Longworth dont l'opinion personnelle exprimée à voix haute ne reflèterait pas l'avis des quelque 2 000 membres de l'organisation.

    Le quotidien économique affirme que 60% de ces membres sont en faveur d'un maintien dans l'Union, 30% sont pour une sortie et 10% sont indécis.

    Mais ce cafouillage révèle que les milieux économiques sont divisés sur la question avec des grandes sociétés en majorité pour rester, et des petites et moyennes entreprises, pénalisées par les régulations européennes, en faveur d'un «Brexit».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.