GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Espagne: Sanchez rate l'investiture, ouvrant la voie à de nouvelles élections

    media Le secrétaire général du PSOE Pedro Sanchez, le 2 mars 2016 Parlement espagnol à Madrid. REUTERS/Andrea Comas

    L’Espagne fait encore un pas vers de nouvelles élections législatives de plus en plus probables. C’est ce que l'on peut conclure de l’échec de Pedro Sanchez. Vendredi 4 mars 2016, pour la deuxième fois cette semaine, le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui était chargé par le roi de former un gouvernement, n’est pas parvenu à obtenir l’investiture devant les Cortès, le Congrès des députés.

    Après l’échec de Mariano Rajoy, celui de Pedro Sanchez. Un échec qui était plus que prévisible. L’accord passé entre le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et les centristes de Ciudadanos avait provoqué la colère du patron de la formation de gauche Podemos, Pablo Iglesias, qui avait alors annoncé qu’il refuserait de suivre les socialistes dans leur intention de créer une large coalition.

    Et ce vendredi, lors du deuxième vote devant les Cortès, les conservateurs du Parti populaire (PP) et les élus de Podemos ont refusé l’investiture du chef de file des socialistes, avec 131 « oui » contre 219 « non ». Il ne reste désormais plus que deux mois aux différents partis pour tenter de trouver un compromis, qui éviterait la convocation de nouvelles élections.

    Vers de nouvelles élections législatives en Espagne

    Mais l'éventualité d'une sortie de l'impasse est rejetée par les spécialistes politiques. Selon eux, Podemos souhaite au contraire un nouveau scrutin, espérant ainsi dépasser un PSOE en perte de vitesse. Le parti d’extrême-gauche fera donc tout pour empêcher un éventuel accord. Même son de cloche chez les conservateurs du PP.

    Les conservateurs sont pourtant mal en point, à cause des nombreux scandales qui les frappent. Le Parti populaire, dont le chef de file Mariano Rajoy continue de gérer les affaires courantes du pays en l’absence d’un nouveau gouvernement, mise sur l’échec de la gauche pour renouer avec un électorat qui a pris ses distances ces derniers temps et qui a rejoint les rangs des centristes de Ciudadanos.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.