GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La police turque investit les locaux d'un grand quotidien hostile à Erdogan

    media La police anti-émeute pénètre dans le siège du quotidien Zaman, hostile au président turc Erdogan, le 4 mars 2016. REUTERS/Akif Talha Sertturk/Zaman Daily

    La police turque a investi vendredi 4 mars au soir les locaux du quotidien Zaman, hostile au président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. Cette intervention a eu lieu après une décision judiciaire de placement sous tutelle du journal, qui renforce encore les inquiétudes pour la liberté de la presse en Turquie.

    (Avec AFP)

    La nuit dernière, vers minuit, la police a utilisé gaz et canons à eau pour disperser des centaines de personnes qui s'étaient rassemblées devant le siège du journal Zaman à Istanbul, avant de pénétrer dans le bâtiment, a constaté un photographe de l'Agence France-Presse vendredi. Le groupe s'est ainsi vu signifier officiellement sa reprise par des administrateurs temporaires, relate notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette.

    Plus tôt dans la journée, la justice turque a en effet placé sous tutelle ce quotidien hostile au président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. C'est sur requête d'un procureur qu'un tribunal d'Istanbul a ordonné la nomination des administrateurs provisoires à la tête du groupe de presse, qui possède, outre le quotidien Zaman, le journal de langue anglaise Today's Zaman et l'agence de presse Cihan.

    Ce média est considéré comme étant proche de l'imam Fethullah Gülen, un ancien allié devenu l'ennemi numéro un du président Erdogan depuis un retentissant scandale de corruption qui a éclaboussé le plus haut sommet de l'Etat fin 2013. D'autres médias considérés comme proches de l'imam avaient subi le même sort il y a quelques mois. Ils avaient mis la clé sous la porte peu de temps après leur mise sous tutelle.

    Mais cette fois-ci, il s'agit d'un média plus important qui est visé, et muselé à un moment très particulier, à quelques jours d'un sommet important à Bruxelles avec l'Union européenne au sujet des réfugiés. Dans les milieux d'opposition turcs, on reproche d'ailleurs à l'UE de fermer les yeux sur la situation en Turquie quant à l'état des libertés fondamentales, et donc de la liberté de la presse, pour parvenir à une entente avec Ankara au sujet de la crise migratoire.

    La police a dispersé des centaines de manifestants rassemblés devant le siège de Zaman avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau avant d'investir les locaux du quotidien, le 4 mars 2016. REUTERS/Turgut Engin/Zaman

    Arrestations

    A noter que la police turque a par ailleurs arrêté vendredi quatre hauts responsables de l'important conglomérat Boydak Holding, accusés pour leur part d'avoir financé l'organisation de l'imam Fethullah Gülen. Boydak Holding emploie 13 000 salariés dans les secteurs du meuble (sous les marques Istikbal et Bellona), de l'énergie, du textile ou de la chimie et a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 6,8 milliards de livres turques (2,1 milliards d'euros).

    Sa forte expansion depuis l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan, en 2002, a fait de ce conglomérat l'un de ces « tigres anatoliens » souvent cités en exemple pour illustrer la forte croissance économique turque entre 2002 et 2011. Dorothée Schmid, responsable du programme Turquie Moyen-Orient à l'Institut français des relations internationales (Ifri), les faits récents révèlent deux éléments majeurs :

    « D'une part, la suite des purges contre la confrérie Fethullah Gülen, qui a été déclarée " ennemi intérieur " par Erdogan, accusée de comploter en permanence contre l'Etat », et d'autre part « la suite de la répression contre la presse d'opposition en Turquie et l'étouffement progressif de toutes les voix d'opposition dans le pays ».

    → À (re)lire : Ouverture du procès contre la confrérie de Fethullah Gülen

    « On a l'impression que Recep Tayyip Erdogan est dans une espèce de course effrénée à la consolidation de son pouvoir, analyse la chercheuse. Alors qu'il est fragilisé par beaucoup de facteurs extérieurs, la crise syrienne et la guerre sans merci qu'il a déclarée au PKK [Parti des travailleurs du Kurdistan, ndlr], qui est quasiment en train de tourner à la guerre civile dans le sud-est du pays, finir le " nettoyage " contre les Gülenistes, c'était ce qu'il y avait de plus simple finalement aujourd'hui. »

    En revanche, pour Dorothée Schmid, cette stratégie offensive face à des médias d'opposition ne sera probablement pas sans conséquence. « Il risque d'avoir des retours de bâton car on a une mobilisation assez forte de l'opinion mondiale sur cette question [de la liberté de la presse]. Il est donc possible que ce soit un peu plus compliqué à gérer que certaines mobilisations intérieures. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.