GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Pologne: démissions en cascade de cadres de l'armée

    media Le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewicz, a annoncé lors d'une cérémonie le 4 février dernier l'ouverture d'une nouvelle enquête sur la mort dans un accident d'avion du président Lech Kaczynski, en Russie, en 2010. REUTERS/Slawomir Kaminski/Agencja Gazeta

    En Pologne, trois mois après l'arrivée du nouveau pouvoir conservateur, les têtes continuent de tomber. Après le tribunal constitutionnel, les médias publics et la police, c'est l'armée qui est touchée. Cinq généraux polonais haut placés ont remis leur démission en fin de semaine et ont été tout de suite remplacés. Et ce à quelques mois du sommet de l'OTAN qui aura lieu cet été à Varsovie.

    avec notre correspondant à Varsovie, Damien Simonart

    Officiellement, l'identité des généraux démissionnaires n'a pas été révélée mais les médias polonais évoquent trois généraux de l'armée de terre dont le chef d'état-major du commandement général, un général de la marine et un général des forces blindées et aéroportées.

    Sous couvert de l'anonymat, l'un d'entre eux a affirmé que la raison de leur démission est la politique menée par le nouveau ministre de la Défense, Antoni Macierewicz. Ce dernier se serait engagé dans une chasse aux sorcières contre ceux qui se sont engagés dans l'armée à l'époque communiste.

    Antoni Macierewicz voudrait par ailleurs remettre en question l'achat d'hélicoptères Caracal du groupe français Airbus et de batteries anti-missiles américaines Patriot, décidé sous l'ancien gouvernement libéral.

    Enfin, de nombreux officiers auraient dû répondre à la question : est-ce que le crash de l'avion présidentiel polonais le 10 avril 2010 en Russie était dû à un attentat ? Une théorie rejetée par Varsovie et Moscou mais soutenue par le ministre de la Défense.

    Le ministère de la Défense a annoncé avoir nommé des remplaçants mais pour l'ancien ministre en charge de ce portefeuille, Tomasz Siemoniak, ces démissions « ne sont qu'un début d'avalanche ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.