GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Disparition d'enfants migrants en Europe: l'inquiétude de l'Unicef

    media Un enfant migrant voyageant avec sa famille à proximité de la frontière gréco-macédonienne, près de la ville de Polykastro côté grec. REUTERS/Yannis Behrakis

    Plus de 10 000 enfants disparus parmi les réfugiés et migrants en Europe. C'est le décompte officiel qui circule depuis quelques semaines. Un chiffre colossal, qui pose au moins deux questions : où sont ces enfants ? Et comment expliquer ces disparitions ? L'Unicef appelle l'UE à renforcer son système de protection des enfants.

    Plus de 10 000 enfants non accompagnés ont disparu en Europe sur les 18 à 24 derniers mois, dont environ la moitié en Italie. Ces chiffres, qui émanent d'Europol, ont été révélés fin janvier dernier par la presse.

    S'il est possible que certains aient pu retrouver leur famille, l’agence policière européenne craint qu'une partie de ces enfants ne soient en revanche exploités, notamment sexuellement, par le crime organisé. « L’Europe doit vraiment continuer à améliorer le système de protection des enfants », plaide donc l'Unicef.

    « Dans la plupart des cas, ils ont continué leur route ou ont rejoint leur famille. Ils passent complètement à travers les mailles du filet. On n’arrive plus à les localiser et c’est là qu’ils sont le plus vulnérables », confirme Sarah Crowe, porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance.

    Et d'ajouter : « La plupart d’entre eux ne s’enregistrent pas en tant qu’enfants, par peur d’être arrêtés et renvoyés dans leur pays. A partir de ce moment-là, ils ne sont plus détectables et deviennent la proie des trafics et réseaux de contrebande, de gangs ou de prostitution. »

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.