GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    La Libye au menu du sommet franco-italien

    media Le président du Conseil italien, Matteo Renzi (G) et le président français, François Hollande (D), à Paris, le jeudi 26 novembre 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

    La question de la Libye devrait être largement abordée à l’occasion du 33e sommet franco-italien organisé mardi 8 mars à Venise. L'ancienne colonie italienne, qui abriterait près de 5 000 terroristes, préoccupe de plus en plus les experts. Et suite au dramatique épilogue de l'enlèvement, vraisemblablement par une milice, de 4 techniciens italiens en Libye en juillet dernier, dont deux ont été tués, Matteo Renzi, le président du Conseil italien, se montre encore plus tranchant : « pas question d'intervenir en Libye sans la formation d'un gouvernement solide et sans une demande d'aide à la communauté internationale ».

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Pour le président du Conseil italien, il est hors de question de répéter les erreurs du passé. Autrement dit : l'intervention de l'Otan en Libye en 2011 contre le régime Kadhafi.

    « Si la Libye est dans cette situation difficile, insiste Matteo Renzi, c'est parce que des politiciens, non pas italiens, mais français, ont eu la belle idée de programmer une intervention sans penser à la suite. »

    Pour lui, « penser à la suite » signifie penser à la sécurité des Italiens et aux intérêts de la péninsule, notamment en termes énergétiques.

    Il s'agit également d'une question d'image. A ce jour, 80 % des Italiens se déclarent opposés à une intervention en Libye. C'est ce qui explique aussi la réticence de Rome face à ses alliés qui, eux, attendent plus de coopération dans la lutte contre Daech.

    Par ailleurs, le président du Conseil italien, Matteo Renzi, avait démenti dimanche les propos de l'ambassadeur des Etats-Unis à Rome selon lequel l'Italie pourrait envoyer en Libye « 5 000 hommes ». Pour l'heure, l'Italie de Renzi voudrait surtout inciter ses alliés, dont la France, à limiter leurs interventions.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.