GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Migrants en Europe: tête à tête Tsipras-Davutoglu à Izmir

    media Alexis Tsipras, le Premier ministre grec et Ahmet Davutoglu, Premier ministre turc, le 7 mars à Bruxelles. REUTERS/Yves Herman

    Alexis Tsipras se rend en Turquie ce mardi 8 mars. Après le sommet Union européenne-Turquie hier à Bruxelles, c'est cette fois-ci une rencontre en tête à tête avec son homologue turc Ahmed Davutoglu qui est prévue. Il s'agit du quatrième conseil de coopération de haut-niveau entre les deux pays. Il se tient à Izmir, un des points de départs des migrants pour l'Europe. Une nouvelle occasion de discuter crise des réfugiés alors que la Grèce attend beaucoup d'un nouvel accord UE-Turquie sur ce sujet.

    De notre correspondante à Athènes, Charlotte Stievenard

    Les pistes avancées par l'Union européennes et la Turquie pour gérer la crise des réfugiés concernent directement la Grèce. Si l'accord est signé, même les Syriens pourraient être renvoyés en Turquie, alors qu'ils représentent presque la moitié des migrants arrivés sur le sol grec depuis le début de l'année. Côté grec, c'est la contrepartie qui est commentée. En échange, l'Union européenne devrait faire venir le même nombre de réfugiés directement et légalement depuis la Turquie. Un mécanisme demandé par la Grèce de longue date.

    Les commentaires du bureau du Premier ministre grec sur le réseau social Twitter sont positifs. Si on ajoute un renforcement des relocalisations de réfugiés depuis la Grèce vers d'autres pays européens et l'assistance humanitaire pour leur accueil, selon le gouvernement cela «aidera à gérer la crise des réfugiés tout en respectant les droits de l'homme et la dignité de ses réfugiés».

    Pour lui, les propositions d'aujourd'hui s'opposent à ceux qui voulaient «arrêter les flux et piéger» ces personnes en Grèce. Une pique au Groupe de Visegrad composé de la Hongrie, la Slovaquie, la République Tchèque et la Pologne, tenants de cette stratégie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.