GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    [Infographie] Migrants: l'Europe des Balkans se barricade

    media A Obrezje en Slovénie, la frontière avec la Croatie va être le théâtre de nouveaux obstacles pour empêcher le passage des migrants. JURE MAKOVEC / AFP

    La Slovénie, la Serbie, la Macédoine et la Croatie ont décidé la mise en place de nouveaux obstacles sur la route des Balkans, dont la fermeture de frontières que plus d'un million de migrants ont empruntées l'an dernier pour gagner le cœur de l'Europe.

    Les dirigeants européens n'ont pas voulu décréter officiellement la fermeture de la route des Balkans mais la réalité est plus cruelle. Le jeu de domino a repris, les frontières se referment les unes derrière les autres. Depuis mercredi à minuit, la Slovénie ne laisse plus transiter de migrants sans papiers sur son territoire, sauf exception humanitaire.

    La Serbie, qui n'est pas membre de l'UE, aligne sa position sur celle de la Slovénie ce qui revient « quasiment à fermer la route des Balkans ». La Macédoine, premier pays de passage après la Grèce ne laissera passer que le nombre de migrants acceptés par la Serbie. Privés de la route des Balkans, les migrants risquent d’être transférés en Turquie où ils pourront demander à rejoindre légalement l’Union européenne si le plan négocié par le Premier ministre turc avec l’Union européenne se met en place.

    Les migrants économiques seront dans l'impasse mais Syriens, Irakiens ou Afghans pourront demander l’asile depuis la Turquie et ainsi espérer un transfert sans danger vers l'Union européenne. « Le temps des migrations irrégulières en Europe est révolu », clame le président du Conseil européen Donald Tusk mais pour l’ONU et pour les ONG, c’est l’inquiétude qui prédomine pour les milliers de migrants pris au piège dans les Balkans.

    Pour ne rien arranger, la Hongrie prend des dispositions pour être en mesure de construire une barrière à sa frontière avec la Roumanie « dans les dix jours si cela se révèle nécessaire comme elle l'a fait aux frontières avec la Croatie et la Serbie », a annoncé le ministre hongrois de l'Intérieur, mercredi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.