GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Aujourd'hui
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: des militants des droits de l’homme attaqués en Ingouchie

    media Des enfants jouent près d'un véhicule endommagé appartenant au Comité contre la torture, le 3 juin 2015, à Grozny. REUTERS/Stringer

    Des militants russes du Comité contre la torture et des journalistes ont été frappés et leur véhicule brulé la nuit dernière dans le Caucase du Nord. Quatre passagers ont dû être hospitalisés. L’affaire est prise au sérieux à Moscou où Vladimir Poutine a donné des instructions concernant l’enquête.
     

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Cette nouvelle attaque contre les militants des droits de l’homme a eu lieu alors qu’ils circulaient à la frontière entre l’Ingouchie et la Tchétchénie. Dans cette zone montagneuse du sud de la Russie, une vingtaine d’hommes masqués et armés de bâtons ont arrêté leur véhicule. « Vous êtes les complices des terroristes », ont-ils hurlé en faisant sortir les passagers, qu’ils ont dépouillés, et frappés, avant de bruler le minibus.

    Peu après, un commando armé a investi les locaux du Comité contre la torture en Ingouchie et a embarqué les ordinateurs. Une attaque similaire à celle que l’ONG a déjà subie par deux fois en 2014 et 2015 en Tchétchénie. Ce qui fait dire au dirigeant de l’ONG, Igor Kaliapine, que les assaillants devaient venir de Tchétchénie.

    En réaction, des militants et des journalistes ont organisé des piquets devant l’administration présidentielle à Moscou pour réclamer que justice soit faite. Face au mécontentement, Vladimir Poutine a dessaisi les autorités locales d’Ingouchie et ordonné au ministère de l’Intérieur fédéral de diriger l’enquête. Une enquête pour hooliganisme et atteinte aux biens.

    Mais les défenseurs des droits de l’homme estiment qu’il s’agit d’une atteinte à la liberté d’expression. Ils mettent en cause les autorités tchétchènes et leur chef, Ramzan Kadyrov qui a souvent tenus des propos menaçant à l’égard des militants et de la presse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.