Réécouter
Ecouter Paris, écouter les villes du monde
Ecouter Bobo-Dioulasso avec les enfants
Ecouter les villes du monde
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Procès Savtchenko: la presse russe n'exclut pas un échange de prisonniers

    media Nadia Savtchenko. Evgueny Feldman/Novaya gazeta

    Nadia Savtchenko a cessé sa grève de la soif jeudi 10 mars. La pilote ukrainienne, accusé de meurtre par la justice russe, accepte désormais de boire mais continue à refuser de s'alimenter. Elle affirme qu'elle va poursuivre sa grève de la faim jusqu'à l'énoncé du verdit prévu les 21 et 22 mars. Le Kremlin a confirmé avoir reçu une demande de Kiev d'échanges de prisonniers. Et la presse russe n'exclut pas une telle issue, après la fin du procès.

    Apres une semaine de jeûne absolu, la pilote ukrainienne, Nadia Savtchenko, a recommencé à boire de l'eau. L'information a été donnée dans la matinée jeudi 10 mars par un de ses avocats, et confirmée en fin de journée.

    Dans un premier temps, on a pensé qu'elle avait ainsi répondu positivement à une lettre que lui aurait adressé le président ukrainien. En fait cette lettre avait été écrite par deux spécialistes du canular, qui ont dévoilé la supercherie dans la journée. Le président ukrainien avait toutefois chargé la famille de Nadia Savtchenko de lui faire part de ses mots de soutien.

    La fin de la grève de la soif de la jeune ukrainienne est un soulagement pour ses proches qui doutaient qu'elle puisse tenir ainsi jusqu'au 21 mars, date prévue de l'énoncé du verdict. C'est sans doute aussi un soulagement pour le Kremlin : Moscou ne veut pas céder aux pressions internationales, en libérant la jeune femme avant l'énoncé du verdict, mais aurait été bien embarrassée si elle était morte dans une prison russe.

    Officiellement donc, la justice doit faire son oeuvre. Toutefois, le Kremlin a confirmé avoir reçu une demande de Kiev d'échanges de prisonniers. Et la presse russe n'exclut pas une telle issue, après la fin du procès.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.