GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Mai
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Japon: des conduites d'air rouillées repérées dans douze réacteurs nucléaires (autorités nucléaires)
    • Transports: «Vot'action» SNCF, 94,97% des votants se disent contre la réforme gouvernementale (syndicats)
    • Migrants à Paris: le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb veut une évacuation «à bref délai», avec mise à l'abri et contrôles
    • France: Darmanin ne «veut pas toucher» aux prestations sociales «individuelles»
    • Une conférence humanitaire sur le Yémen a été confirmée pour la fin juin à Paris (Elysée)
    • Social: le taux de chômage remonte de 0,2 point au 1er trimestre 2018, à 9,2% en France entière (Insee)
    Europe

    Roumanie: la résidence de l'ex-dictateur Nicolae Ceaucescu ouverte au public

    media Ce samedi 12 mars, plus de 300 personnes ont visité gratuitement le Palais Primaverii (Palais du Printemps) situé dans l'ancien quartier de la nomenklatura à Bucarest. DAVID MUNTEAN / AFP

    Ce samedi, l'ancienne résidence de Nicolae Ceausescu à Bucarest a été ouverte pour la première fois au public. Vingt-six ans après la chute du régime communiste, les Roumains peuvent donc voir dans quel luxe vivaient leur dictateur et sa famille.

    Avec notre correspondant à Bucarest,  Jonas Mercier

    De l'extérieur, elle est assez discrète. C'est une bâtisse imposante, mais qui semble modeste. Caché par les arbres, il est difficile de se rendre compte de la grandeur du bâtiment. A l'intérieur, par contre l'excès de luxe surprend. Pas moins de 80 chambres où l'opulence est de mise, une piscine intérieure, une salle de cinéma et même un bunker souterrain.

    Pendant près d'un quart de siècle, seuls les Ceausescu et leurs trois enfants ont pu profiter de ce petit palais. A la chute du régime, en 1989, la villa est restée dans la propriété de l'Etat et a servi de logement de protocole pour les visites d'officiels étrangers.

    Il aura fallu 26 ans pour que les autorités décident de l'ouvrir à tous les Roumains. Environ 300 personnes, qui avaient réservé leur place, ont pu la visiter gratuitement samedi.

    Samedi prochain, elle sera définitivement ouverte au public, mais l'entrée coûtera 6,5 euros. Les autorités espèrent attirer le plus de touristes possible, notamment des étrangers, et ainsi pouvoir réduire un peu les coûts astronomiques pour son entretien.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.