GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Régionales en Allemagne: un scrutin à valeur de test pour Angela Merkel

    media Le scrutin de ce 13 mars, sur fond de crise migratoire, est un test pour Angela Merkel à un an et demi des élections législatives. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Les bureaux de vote viennent d'ouvrir. Ce dimanche 13 mars, les Allemands renouvellent les Parlements régionaux dans trois Länder. Ce scrutin, sur fond de crise migratoire, est un test pour Angela Merkel à un an et demi des élections législatives. Le parti populiste de droite, l'AfD, pourrait créer la surprise et faire son entrée dans les trois assemblées régionales.

    Avec notre envoyé spécial à Magdebourg, capitale du Land de Saxe-Anhalt,  Achim Lippold

    Les bureaux viennent d’ouvrir. Quelques électeurs sont déjà arrivés, certains ont déjà voté. Ici, les électeurs ont la réputation d’être imprévisibles et 40% d’entre eux vont se décider au dernier moment. Autre inconnue, le taux de participation. Il y a cinq ans, seul un électeur sur deux est allé voter.

    Ce scrutin est un test pour la chancelière, voire même un référendum sur sa politique en matière d’immigration. En cause : les électeurs vont se rendre aux urnes pour la première fois depuis l’arrivée de plus d’un million de migrants dans le pays.

    Pour Kerstin Voelkl, politologue à l'université de Halle, « les citoyens utilisent souvent les élections régionales pour sanctionner le gouvernement fédéral », analysant que « les électeurs aiment "expérimenter" avec leur bulletin de vote, par exemple en choisissant des petits partis ».

    Dans ce contexte, le thème de l’immigration a largement dominé la campagne électorale. Et cela a donné lieu à des jeux d’alliance assez inattendus, notamment au Bade-Wurtemberg, le bastion conservateur depuis 50 ans. L'Union chrétienne-démocrate (CDU) pourrait y perdre son statut de première force politique régionale au profit des Verts. Un retournement rendu possible grâce à un ministre-président Vert ultra-populaire qui a soutenu la politique de la chancelière Angela Merkel, contrairement au candidat conservateur de la région.

    Empêcher la montée du parti anti-immigration

    Il faut savoir que dans les trois Länder, la CDU locale s’est démarquée de la chancelière en adoptant des positions plus dures sur l’accueil des réfugiés. L’objectif est d'empêcher la montée du parti anti-immigration, Alternative pour l'Allemagne (AfD).

    Mais le défi est loin d’être atteint. En cause, cette formation populiste est plus forte que jamais. Dimanche 13 mars, elle fera son entrée dans les trois Parlements régionaux. Ici en Saxe-Anhalt, le parti xénophobe est crédité jusqu’à 20% d’intentions de vote.

    Une question se pose : l'AfD va-t-elle réussir à profiter de la crise migratoire ? « C'est à voir. D'autres éléments jouent déjà en sa faveur : le nombre des électeurs indépendants qui votent tantôt à droite, tantôt à gauche, augmente, a expliqué Kerstin Voelkl. Sur le plan idéologique, les gens sont de moins en moins liés à un parti. A cela s'ajoute une participation électorale en baisse. Tout cela facilite l'émergence et le succès d'un petit parti qui se nourrit du vote protestataire. » Ajouté à cela, « le ras-le-bol » des citoyens envers les partis traditionnels concernant le débat sur les réfugiés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.