GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Février
Mercredi 21 Février
Jeudi 22 Février
Vendredi 23 Février
Aujourd'hui
Dimanche 25 Février
Lundi 26 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté ce samedi 24 février à l'unanimité une résolution réclamant «sans délai» un cessez-le-feu humanitaire d'un mois en Syrie. L'objectif de cette résolution est «de permettre la livraison régulière d'aide humanitaire, de services et l'évacuation médicale des malades et blessés les plus graves».

    Europe

    Crash de la Germanwings: vers un renforcement du contrôle médical des pilotes

    media Les sauveteurs continuent les recherches des corps et des débris du crash de la Germanwings, en mars 2015. REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Un an après l'accident de la Germanwings, les experts du Bureau d'enquêtes et d'analyses ont présenté leur rapport. Ils confirment le scénario d'un crash volontaire et préconisent un renforcement du contrôle médical pour les pilotes. Le 24 mars 2015, le crash a été volontairement provoqué par le copilote allemand de l'appareil, Andreas Lubitz, qui souffrait de problèmes psychiques.

    Dans son rapport, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), recommande un renforcement du contrôle médical et psychologique des pilotes afin d'améliorer la sécurité des vols.

    Après l'accident, les premières enquêtes avaient révélé que le copilote de la Germanwings, Andreas Lubitz, avait des antécédents de dépression grave. Il aurait consulté plusieurs médecins pendant les mois qui ont précédé l'accident. Mais aucun d'entre eux n'a alerté les autorités aéronautiques ou son employeur.

    « Des règles plus claires sont nécessaires pour définir quand il peut être exigé de rompre le secret médical pour préserver la sécurité publique, en particulier lorsque des patients sont des pilotes et qu’ils sont donc susceptibles de transporter des passagers », a commenté Arnaud Desjardins, expert au BEA.

    En revanche, le BEA ne fait pas mention d'une disposition préconisée auparavant par l'Agence européenne de sécurité aérienne concernant la présence en permanence et obligatoire d'une deuxième personne dans le cockpit. Mais la plupart des compagnies aériennes en Europe appliquent déjà cette mesure depuis le crash de la Germanwings.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.