GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Allemagne: malgré l'échec aux régionales, Angela Merkel maintient sa ligne

    media La chancelière allemande Angela Merkel au lendemain des régionales au siège de la CDU à Berlin, ce lundi 14 mars 2015. REUTERS/Fabrizio Bensch

    Les trois élections régionales du dimanche 13 mars ont été marquées par une défaite des chrétiens-démocrates et une percée des populistes de droite du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD). La campagne a été dominée par la politique migratoire d’Angela Merkel qui a coûté des voix à la CDU. La chancelière n’entend toutefois pas remettre en cause sa ligne.

    De notre correspondant à Berlin,

    On l’avait baptisé le « Super Sunday ». Le scrutin de ce 13 mars était attendu avec impatience depuis plusieurs mois. Il constituait le premier test électoral de grande ampleur six mois après l’augmentation sensible des arrivées de réfugiés en Allemagne. Au total, plus d’un million y ont été accueillis l’an dernier. La politique migratoire de la chancelière a tout naturellement dominé la campagne dans les trois régions concernées – le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat à l’Ouest et la Saxe-Anhalt à l’Est – comme au plan national.

    Les inquiétudes des Allemands ont augmenté depuis quelques mois. Le soutien à la politique migratoire d’Angela Merkel a faibli (six personnes sur dix la critiquent). Les agressions xénophobes sont à la hausse. Le parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne a focalisé avec succès sa campagne contre les réfugiés, exploitant les angoisses des électeurs. Les têtes de liste de la CDU ont fait de grands écarts rhétoriques pour prendre leurs distances avec les positions de leur patronne espérant ainsi briser la spirale de sondages toujours moins bons. Pendant ce temps, la gauche applaudissait la politique d’Angela Merkel, le très populaire ministre-président écologiste du Bade-Wurtemberg déclarant prier tous les jours pour que la chancelière reste en bonne santé.

    Forte mobilisation

    Le scrutin de dimanche n’a pas laissé les électeurs indifférents. Le sujet central des réfugiés suscite, il est vrai, de nombreux débats dans l’ensemble de la société. A l’arrivée, la participation a été d’environ dix points supérieurs aux précédents scrutins dans les régions concernées. De nombreux abstentionnistes ont choisi d’émettre un vote protestataire au profit de l’AfD qui enregistre des scores supérieurs à ceux prévus, 12 et 15% à l’Ouest et surtout plus de 24% en Saxe-Anhalt dans la partie Est du pays, où ce mouvement est particulièrement enraciné. Le parti populiste développe son ancrage régional. Son objectif majeur est désormais les élections législatives de l’automne 2017. Lors du dernier scrutin, le mouvement avait frôlé la barre des 5% nécessaires pour obtenir des sièges au Parlement.

    « Journée difficile » pour Angela Merkel

    Ces élections régionales ont été « une journée difficile » pour reprendre les propos d’Angela Merkel. Son parti est en recul dans les trois Länder concernés. L’échec est surtout patent dans le fief historique des conservateurs allemands, le Bade-Wurtemberg dans le sud-ouest du pays. Ironie de l’histoire, les Verts emmenés par le ministre-président sortant Winfried Kretschmann arrivent en tête devant la CDU et ce dans la patrie de Porsche, Mercedes et de nombreuses entreprises connues.

    Une politique migratoire toujours largement soutenue

    Angela Merkel subit-elle « un échec cinglant » comme l’a écrit le quotidien populaire Bild Zeitung ou bien l’emporte-t-elle comme l’affirment d’autres observateurs ? Certes, la CDU enregistre des revers. Mais les partis soutenant la politique migratoire d’Angela Merkel rassemblent ensemble une très large majorité. Dans le Bade-Wurtemberg et la Rhénanie-Palatinat, 55% dans un cas, 60% des électeurs dans l’autre affirment dans un sondage approuver l’action dans ce domaine de la chancelière.

    Depuis des mois, les commentateurs se demandaient si une inflexion de la politique migratoire de l’Allemagne interviendrait après les élections régionales tant attendues. Angela Merkel plaide depuis des mois pour une solution européenne et internationale pour réduire l’arrivée de nombreux réfugiés et s’oppose à des mesures nationales de fermeture des frontières, notamment dans les Balkans. La chancelière a dès lundi affirmé que sa politique n’était pas remise en cause tout en comprenant que les électeurs aient eu des états d’âme, les mesures à prendre nécessitant du temps pour produire leurs effets.

    Convaincre les sceptiques

    Le sommet européen de cette semaine constituera pour la chancelière une nouvelle étape importante pour convaincre ses concitoyens sceptiques. Un accord avec la Turquie pour une meilleure lutte contre les passeurs et le renvoi des réfugiés arrivés en Grèce constituerait un succès pour Angela Merkel également au plan intérieur. Ce lundi, la chancelière qui a critiqué ses voisins pour leurs mesures visant à fermer la route des Balkans a toutefois reconnu que Berlin profitait de ces mesures, le nombre de migrants arrivant en Allemagne ayant depuis sensiblement baissé.

    Les discussions et les critiques contre cette politique migratoire au sein de la CDU ne vont sans doute pas disparaître. Les chrétiens-sociaux bavarois particulièrement virulents contre Berlin vont après la campagne électorale relancer leurs attaques. Mais Angela Merkel n’est pas menacée pour autant. Aucun concurrent sérieux ne peut lui faire de l’ombre et elle reste le meilleur atout des conservateurs allemands.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.