GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique: une opération de police franco-belge prise sous le feu

    media Des membres des forces de police sont présents près du lieu où des tirs ont été enregistrés dans la commune de Forest, proche de Bruxelles, le 15 mars 2016. REUTERS/Yves Herman

    Des policiers ont été pris sous le feu de kalachnikov, cet après-midi, dans la commune de Forest, près de Bruxelles lors d'une opération franco-belge menée dans le cadre de l’enquête sur les attentats du 13 novembre, mais qui ne visait pas Salah Abdeslam. La zone a été bouclée, et des effectifs de police importants, déployés. Un suspect a été tué et quatre policiers blessés.

    Avec notre bureau à Bruxelles
    Article régulièrement mis à jour

    Un échange nourri de coups de feu a éclaté en début d’après-midi, peu après 14h30, au moment où des policiers entraient dans une maison à trois étages de la rue du Dries, dans le bas de la commune bruxelloise de Forest. Ils tentaient d'y effectuer une perquisition, dans le cadre du volet belge de l'enquête sur les attentats de Paris, et cela avec la participation de plusieurs policiers français.

    Des moyens importants déployés

    Quatre policiers belges ont été blessés légèrement par deux rafales successives de pistolet mitrailleur tirées à travers la porte de la maison. Deux hommes ont pris la fuite par les toits des immeubles voisins et tout le quartier a été bouclé par des moyens considérables. Plus d’une vingtaine de véhicules de police dont deux blindés et une cinquantaine de policiers sont sur place, le tout coordonné par un hélicoptère.

    Le scénario rappelle les faits qui s'étaient produits à Verviers, le 15 janvier dernier, où deux jihadistes présumés avaient été abattus lors d'une perquistion.

    Un suspect tué par la police

    Un suspect clé lié aux attentats de Paris, Salah Abdeslam, est toujours en fuite. Selon une source policière française, ce n'est toutefois pas lui qui était visé dans l'opération mais « l'entourage d'un ou plusieurs des onze inculpés belges ». Ce n'est pas non plus Mohamed Abrini, un homme aperçu au côté de Salah Abdeslam deux jours avant les attaques - et qui aurait pu être l'artificier du commando - qui était visé.

    Un homme soupçonné d'être lié à la mouvance jihadiste a été tué, ont rapporté les médias belges citant le parquet fédéral. « Le parquet fédéral confirme qu'un tireur a été abattu », a tweeté la chaîne flamande privée VTM, tandis que plusieurs autres médias belges rapportaient la même information.

    Les onze suspects seraient liés aux membres du commando du 13 novembre ou à la cousine de l'instigateur présumé de ces attaques, Hasna Aït Boulhacen, tuée cinq jours plus tard dans un assaut de la police à Saint-Denis.

    Il y a les deux hommes venus chercher Salah Abdeslam à Paris après les attentats, des personnes dont les empreintes ADN ont été retrouvés dans les planques utilisées par les terroristes ou qui ont été en contact avec eux. Mais aucune information n'a été donnée quant à l'identité des nouveaux suspects.

    Un numéro vert pour les parents-d'élèves

    Les riverains sont restés confinés chez eux, avec pour consigne de se tenir éloignés des fenêtres. Les enfants ont été retenus dans l’école et la crèche voisine alors que leurs parents les attendaient à l’extérieur de la zone de sécurité, à l'hôtel de ville de la commune. Un numéro vert a été mis en place pour les parents-d'élèves.

    Le calme est revenu dans la soirée à Forest, certains riverains étant autorisés à regagner leur domicile sans que l'on sache précisément si des hommes étaient encore recherchés.

    « Beaucoup de chance »

    « Nous constatons que nous avons eu beaucoup de chance. Quatre de nos agents ont été blessés légers, ça aurait pu être un drame, nos agents de police continuent de travailler sur le terrain », a déclaré le Premier ministre belge Charles Michel dans une brève déclaration à la presse en milieu de soirée.

    Depuis Abidjan où il était en visite, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dit que des policiers français avaient participé à la perquisition au cours de laquelle les visiteurs « ont essuyé des coups de feu, des tirs d'armes lourdes visiblement ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.