GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Norvège: début du procès intenté par Breivik à l'Etat contre son traitement

    media Crâne rasé et salut nazi pour Anders Behring Breivik ce mardi 15 mars, à l'ouverture du procès qu'il a intenté contre l'Etat norvégien. REUTERS/Lise Aserud/NTB

    Un procès intenté par Anders Behring Breivik contre l'Etat norvégien s'ouvre ce mardi 15 mars 2016 dans un gymnase de la prison de Skien. Le 22 juillet 2011, le terroriste d’extrême-droite avait tué 77 personnes dans l’explosion d’une bombe à Oslo et dans le massacre de l’île d’Utøya. Condamné à une lourde peine de prison, il dénonce un traitement inhumain et dégradant, et le non-respect de son droit à la vie privée. Il a célébré le début de ce nouveau procès en effectuant un salut nazi.

    Avec notre correspondant à Oslo,  Grégory Tervel

    A partir de ce mardi, pendant quatre jours, la justice norvégienne va vérifier si les conditions de détention du terroriste Anders Behring Breivik, condamné en 2012 à 21 ans de prison suivis d’une détention de sûreté, sont en violation avec la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).

    Il s'agit d'une question avant tout juridique. Ce n’est pas le confort des prisons norvégiennes qui est ici en cause. Il est d'ailleurs nettement plus élevé que dans beaucoup de pays. Mais Anders Behring Breivik s'est attaqué aux conditions très particulières imposées à lui seul.

    Le terroriste d’extrême-droite a été jugé sain d’esprit en 2012. Depuis lors, il purge sa peine en isolement. Il n’a aucun contact avec les autres détenus. Les seules personnes qu’il rencontre sont des professionnels : le personnel pénitencier, ses avocats ou encore un visiteur rémunéré.

    Son avocat estime que ces cinq années d’isolement ont déjà provoqué des séquelles psychologiques chez son client. L’Etat norvégien, de son côté, justifie toutes les restrictions imposées à M. Breivik par sa dangerosité. Le terroriste avait lui-même écrit avant ses attentats que la prison était l’endroit idéal pour recruter des combattants.

    On peut aussi se demander si Anders Breivik, qui a tué 77 personnes, ne cherche pas tout simplement à refaire parler de lui, quatre ans après sa dernière apparition publique. Ce mardi, il est arrivé dans le prétoire le crâne totalement rasé, s'est tourné vers la presse, puis a tendu le bras droit pour effectuer un salut nazi.

    → Écouter sur RFI : Le procès d'Anders Behring Breivik contre l'Etat norvégien

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.