GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Vladimir Poutine en Crimée sur le chantier du plus grand pont de Russie

    media Le président russe Vladimir Poutine s'adresse à la foule lors d'un rassemblement visant à marquer le premier anniversaire de l'annexion de la Crimée, le 18 mars 2015, à Moscou. REUTERS/Maxim Shipenkov/Pool

    Il y a deux ans jour pour jour, les deux chambres du Parlement russe réunies en congrès votaient le rattachement de la Crimée à la Russie. Ce rattachement, considéré comme annexion illégale par la plupart des pays, faisait suite à une opération militaire russe dans la péninsule ukrainienne et à l'organisation d'un référendum contesté. En Russie, cette annexion a été vécue comme le retour d'un territoire perdu, dans un grand moment de ferveur patriotique. Deux ans après, la fièvre est retombée, mais les autorités tentent de maintenir la ferveur patriotique à travers divers événements. Et le président Poutine se rend en Crimée, où il va notamment visiter le site de la construction du pont qui doit relier la péninsule à la Russie.

    Avec notre correspondante à Moscou,  Muriel Pomponne

    Ce pont sera le plus long de Russie : 19 kilomètres pour relier Taman, en Russie, à Kertsch, en Crimée. Un chantier démarré il y a six mois, qui a été confié sans appel d'offre à Arkadi Rotenberg, un proche de Vladimir Poutine. Coût évalué : 3 milliards d'euros.

    Aujourd'hui, alors que certains Russes trouvent que l'annexion de la Crimée revient à trop cher, ce gigantesque chantier est présenté comme un défi national dans un spot qui passe sur les chaînes de TV.

    On y voit un grand-père qui évoque le Transsibérien et passe le crayon à son petit-fils, avec mission, lui aussi, de bâtir une nouvelle voie pour la Russie. Suit une vidéo de synthèse d'un pont qui avance avec quelques indications en incrustation : deux voies de chemin de fer, 47 trains par jour, 14 millions de passagers et 13 millions de tonnes de marchandises par an, une route à 4 voies pour un flot de 40 000 voitures par jour.

    Quelques données techniques aussi, hauteur du tablier du pont de 35 mètres au-dessus du niveau de la mer et pont à bascule de 227 mètres de long pour laisser le passage aux bateaux !

    Le chantier a démarré sur les chapeaux de roues, car la mise en service est prévue en décembre 2018. Et il faudra encore relier le pont aux réseaux routiers et ferrés, avant qu'il ne soit opérationnel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.