GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 28 Novembre
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: un rapport de Human Rights Watch critique la répression en Crimée

    media Le président russe Vladimir Poutine, lors du deuxième anniversaire de l'annexion de la Crimée à la Russie, le 18 mars 2016. REUTERS/Mikhail Klimentyev/Sputnik/Kremlin

    Pour le deuxième anniversaire du rattachement de la Crimée à la Russie, le président Poutine était en visite ce vendredi 18 mars dans la péninsule. Cette visite intervient alors que Human Rights Watch vient de publier un rapport dénonçant un climat de peur et de répression en Crimée.

    Avec notre correspondante à MoscouMuriel Pomponne

    Depuis deux ans, l’espace de liberté d’expression et d’association s’est considérablement réduit en Crimée. Human Rights Watch note qu’aucune enquête n’a été menée sur l’implication des groupes paramilitaires dans les tortures, disparitions, exécutions extrajudicaires et mauvais traitements contre des militants tatars ou pro-Ukraine. Les Criméens qui ont refusé la citoyenneté russe et les Tatars, qui représentent 10 à 15 % de la population, sont victimes de discriminations.

    Les principaux médias tatars ont été fermés et l’assemblée traditionnelle tatare, le Mejlis, est menacée de dissolution, sous l’accusation d’extrémisme. Son cas est actuellement examiné par la Cour suprême. Plusieurs personnalités tatares sont interdites de séjour en Crimée.

    « Plus qu'une erreur »

    Dans un éditorial intitulé « Plus qu’une erreur », le quotidien russe Vedomosti tire un bilan très critique de l'annexion de la Crimée. Désormais, toutes les décisions politiques sont prises en fonction de ce rattachement. Le fardeau de « Notre Crimée », écrit le journal, est porté par le pays tout entier, de bon gré pour la plupart des gens qui ne se rendent pas compte du prix à payer.

    La Crimée a mené à la crise dans le Donbass et à l’isolement de la Russie. Les opérations hybrides sont devenues la norme de la politique extérieure russe. Et la rhétorique anti-occidentale a permis une répression sans précédent contre la société civile russe. Sans compter les conséquences économiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.